Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 12:52
Partager cet article
Repost0
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 17:24

umpEn allant regarder un le site de l'UMP quelque chose m'a choqué lorsque je suis tombé sur la composition des équipes.


La parité est loin d'être respectée dans les instances de l’UMP.


L’UMP au niveau national compte  3 instances :
-    L’équipe dirigeante (50 membres)
-    Les Conseillers politiques (52 membres)
-    Les secrétaires Nationaux (257 membres)
Soit 359 membres qui représentent les instances nationales de l’UMP.


Pour 359 membres, les femmes sont représentée a hauteur de 82 membres soit 22.84 % de femme dans les instances.


L’UMP ne consacre même pas 1/4 des postes pour des femmes

Détails de ces 82 postes.
Pour l’équipe dirigeante : 12 femmes pour 50 membres soit 24 %
Représenté par :
-    Rachida Dati (unique femme vice-présidente de l’UMP)
-    Catherine Vautrin (Trésorière nationale
-    Michèle Tabarot (Secrétaire Générale)
-    Valérie Pécresse (Secrétaire générale déléguée)
-    Valérie Boyer (Secrétaire générale adjointe)
-    Camille Bedin (Secrétaire générale adjointe)
-    Marie-Louise Fort (Secrétaire générale adjointe)
-    Valérie Debord (Déléguée générale adjointe au projet)
-    Nadine Morano (Déléguée générale aux élections)
-    Anne Grommerch-Brandenburger (Déléguée générale à la formation)
-    Marie-Anne Montchamp (Déléguée générale à la formation)
-    Danièle Giazzi (Déléguée générale aux fédérations professionnelles)

 

Preuve sur le site de l’UMP : http://www.u-m-p.org/notre-equipe/ump/equipe-dirigeante

Pour les conseillers politiques : 16 femmes pour 52 membres soit 30.76 % (effort a souligner dans cette instances les 30 % sont dépassé)
Représenté par :
-    Nicole Ameline
-    Claude Greff
-    Annie Genevard
-    Salima Saa
-    Marie-Jo Zimmermann
-    Marie-Luce Penchard
-    Françoise Grossetête
-    Catherine Troendle
-    Joelle Garriaud Maylam
-    Marie-Helene Des Esgaulx
-    Nora Berra
-    Marie Christine Dalloz
-    Aurore Bergé
-    Chantal Brunel
-    Dérengère Poletti
-    Catherine Procaccia


Preuve sur le site de l’UMP : http://www.u-m-p.org/notre-equipe/ump/conseillers-politiques

 

Pour les secrétaires Nationaux : 55 femmes pour 257 membres soit 21.40 %.


Représenté par :
-    Marie-Do Aeschilmann (page 1)
-    Samia Badat (page 1)
-    Brigitte Barèges (page 1)
-    Céline Boulay-Espéronnier (page 2)
-    Chantal Bourragué (page 2)
-    Françoise Branget (page 2)
-    Françoise Briand (page 2)
-    Marie-Claire Daveu (page 3)
-    Agnès de Fressenel (page 3)
-    Laure de ka Raudière (page 3)
-    Françoise de Panafieu (page 3)
-    Isabelle Deleu (page 4)
-    Catherine Deroche-Hervé (page 4)
-    Coumba Dioukhané (page 4)
-    Khadija Doukali (page 4)
-    Marianne Dubois (page 4)
-    Virginie Duby-Muller (page 4)
-    Catherine Dumas (page 4)
-    Cécile Dumoulin (page 4)
-    Nicole Duranton (page 4)
-    Cécilia Durieu (page 4)
-    Nathalie Fanfant (page 5)
-    Arlette Grosskost (page 6)
-    Anne-Sophie Grouchka-Souhaité (page 6)
-    Nicole Guedj (page 6)
-    Françoise Guégot (page 6)
-    Valérie Hoffenberg (page 6)
-    Françoise Hostallier (page 6)
-    Jacqueline Irles (page 6)
-    Brigitte Kuster (page 7)
-    Fabienne Labrette-Ménager (page 7)
-    Agnés Le Brun (page 7)
-    Isabelle Le Callennec (page 7)
-    Constance Le Grip (page 7)
-    Geneviève Levy (page 7)
-    Véronique Louwagie (page 7)
-    Christine Marin (page 8)
-    Henriette Martinez (page 8)
-    Elisabeth Morin-Chartier (page 8)
-    Josiane Philippon (page 8)
-    Catherine Pila (page 8)
-    Géraldine Poirault-Gauvin (page 9)
-    Josette Pons (page 9)
-    Sophie Primas (page 9)
-    Nora Remadnia-Preziosi (page 9)
-    Hamida Rezeg (page 9)
-    Sophie Rohfritsch (page 9)
-    Marie-Josée Roig (page 9)
-    Laurence Sailliet (page9)
-    Marie-Thérèse Sanchez-Schmid (page 10)
-    Samia Soultani-Vigneron (page 10)
-    Aurélie Taquillain (page 10)
-    Bernadette Thiebaut (page 10)
-    Martine Vassal (page 10)
-    Isabelle Vasseur (page 10)

Preuve sur le site de l’UMP : http://www.u-m-p.org/notre-equipe/ump/secretaires-nationaux

 

L'UMP ne respecte pas la parité pour les instances de son parti, pas étonnant par la suite qu'il ne puisse pas respecter la parité lors des législatives.

Partager cet article
Repost0
14 août 2013 3 14 /08 /août /2013 11:42

UMP_finances-copie-1.jpegAu lieu de demander à ses militants et sympathisants de renflouer leur caisse, au vue des chiffres de ce graphique ci-dessus (merci Politeeks ), l'UMP pourrait peût être commencer par faire payer un peu plus ses élus, élus qui participent financièrement à 3,3% du budget de l'UMP contre 26% pour les élus PS.

 

Ah mais c'est vrai ! ça ne va pas être possible, après ils ne seraient plus à 5000 euros par mois et seraient "des minables"...

 

Source : Hern

Partager cet article
Repost0
14 août 2013 3 14 /08 /août /2013 09:43

npa-sous-1809704-jpg_1641270-copie-1.JPGAu cours d'un déjeuner à la Closerie des Lilas avec le journaliste Paul Wermus organisé pour le magazine people VSD, Henri Guaino s'est plaint du salaire des parlementaires et de leurs conditions de travail. "On est très mal payés. On travaille dans des conditions déplorables, à cela s'ajoutent les soupçons. Le climat est vraiment pourri", s'est-il lamenté, selon un extrait de ce déjeuner-débat, repéré par Le Lab d'Europe 1 lundi.

Un député gagne pourtant 5 148 euros net par mois, auxquels s'ajoute une indemnité de frais de mandat de 5 514 euros brut. Comme on peut le lire sur le site de l'Assemblée nationale, les députés disposent en outre d'un bureau individuel, ont plusieurs collaborateurs parlementaires, voyagent gratuitement en première classe sur le réseau SNCF, bénéficient d'abonnements téléphoniques pris en charge par l'Assemblée, souligne de son côté France Tv Info.
Internautes outrés

L'ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy s'est attiré les foudres des internautes, qui ont réagi à ces propos sur le salaire des parlementaires. Une jeune femme s'insurge : "Monsieur #guaino vous avez raison un député ne gagne pas assez, on devrait baisser le salaire des smicards, afin d'augmenter le votre" ou encore "Henri #Guaino pleure comme un smicard, mais il vit comme un prince", raille JadSeif. "Il y en a qui ne gagnent pas çà par an", rappelle Grandludo.
"Je pourrais être dépressif"

En juillet 2012, Henri Guaino expliquait pourquoi il tenait à ses frais de représentation : "Si les députés sont obligés de justifier chaque dépense, alors ils ne vont plus être des députés libres."

Le Lab d'Europe 1 rappelle également que fin juillet 2012, après avoir siégé son premier mois dans l'hémicycle, celui qui gagnait plus de 20 000 euros par mois à l'Élysée se plaignait de son bureau, trop petit, à l'Assemblée nationale. Et déclarait alors : "Je pourrais être dépressif quand je vois le cagibi dans lequel je travaille !"

Selon les chiffres de l'Insee publiés en juin dernier, le salaire médian s'élève à 1 675 euros par mois. Cela signifie que 50 % des salariés français gagnaient moins que cette somme, tandis que l'autre moitié gagnait davantage.

 

Source : Le Point

Partager cet article
Repost0
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 16:56

par-1635211-jpg_1520067.JPG

Au lendemain de la perquisition de la mairie, le maire (UMP) de Corbeil-Essonnes Jean-Pierre Bechter, bras droit de l'ancien édile Serge Dassault, a été placé mercredi en garde à vue dans l'enquête sur une tentative d'homicide qui pourrait être liée à des soupçons d'achats de voix. Jean-Pierre Bechter, maire de Corbeil-Essonnes depuis 2009, et le directeur du service jeunesse de la mairie sont interrogés dans les locaux de la direction régionale de la police judiciaire (DRPJ) à Versailles. Cette garde à vue se déroule "dans le cadre de l'information judiciaire. Il y a un certain nombre de procédures. Jean-Pierre Bechter l'a toujours dit, il n'a rien à voir avec ces tentatives d'homicide. Les investigations le prouveront", a affirmé mercredi un proche du maire.

Le 19 février, à l'heure du déjeuner, F. H., boxeur amateur de 32 ans, était grièvement blessé après avoir reçu trois balles de calibre 38, alors qu'il se trouvait en plein centre-ville de Corbeil-Essonnes. Le tireur a agi au su et au vu de nombreux témoins. Il s'agirait d'un chef d'entreprise au passé de voyou, "figure locale" qui a su nouer des amitiés politiques dans tous les camps mais fut surtout proche de Serge Dassault et est actuellement en fuite. Trois semaines plus tôt, un autre habitant de la commune avait été victime d'une tentative d'homicide. Selon lui, avait-il confié au Parisien un mois plus tard, ces deux tentatives sont liées à des achats de voix. "Corbeil, c'est devenu un système mafieux. L'argent de Dassault a tout pourri", avait-il lâché dans une vidéo, le visage caché. "Bechter a fait des promesses. Il ne les a pas tenues. Et aujourd'hui, on est en train de s'entretuer", selon lui.
Système présumé d'achat de votes

Les achats de voix sont dénoncés depuis des années par l'opposition municipale, qui avait contesté à deux reprises les élections, en 2008 puis en 2009. L'élection municipale de 2008, remportée par le maire (UMP) sortant Serge Dassault, avait été invalidée par le Conseil d'État en juin 2009, pour des dons d'argent, que l'industriel, dont la fortune est estimée à 9,9 milliards d'euros par le magazine Challenges, a toujours contestés. Plusieurs personnes, dont la première victime des tentatives d'homicide, avaient témoigné par écrit au Conseil d'État sur les dons d'argent dont elles accusaient Serge Dassault, avant de se rétracter. Déclaré inéligible pour un an, Serge Dassault avait confié la tête de liste pour l'élection municipale d'octobre 2009 à son bras droit Jean-Pierre Bechter, qui avait été élu.

Nouvelle annulation par le Conseil d'État en septembre 2010, au motif que le nom de Serge Dassault apparaissait sur les bulletins de vote de Jean-Pierre Bechter, mention "de nature à semer le doute". Et nouvelle élection en décembre 2010, de nouveau remportée par Jean-Pierre Bechter. La justice, qui n'a pas établi de lien entre les tentatives d'assassinat et des achats de voix présumés, enquête actuellement sur les deux volets, de façon distincte. Sous l'autorité d'une juge d'instruction d'Évry, les policiers de la brigade criminelle de la DRPJ de Versailles enquêtent sur les deux tentatives d'homicide.

Une information judiciaire a été ouverte fin mars à Paris sur des soupçons d'achat de votes, corruption, blanchiment et abus de biens sociaux lors des campagnes municipales de 2008 à 2010. Mardi après-midi, deux perquisitions ont été menées en parallèle à la mairie de Corbeil-Essonnes. Cette perquisition conjointe "n'implique pas en l'état qu'un financement illicite de campagne, fût-il établi, ait un rapport avec ces deux tentatives d'homicide", avait prévenu mardi une source proche de l'enquête.

 

Source : Le Point

Partager cet article
Repost0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 16:51

1570197-461298-jpg_1454303_434x276.jpgQuelque 10.000 euros par mois, "en provenance des frais d'enquête et de surveillance", ont été "remis au directeur du cabinet du ministre" de l'Intérieur, à l'époque Claude Guéant, entre mai 2002 et l'été 2004, selon les conclusions d'un rapport de deux inspections rendues publiques lundi.

Cette enquête administrative avait été demandée le 2 mai par le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, sur ces primes dont M. Guéant avait expliqué avoir bénéficié lorsqu'il était place Beauvau pour expliquer plusieurs factures payées en liquide découvertes lors d'une perquisition le visant.

Les conclusions de cette enquête de l'Inspection générale de l'administration (IGA) et de celle de la police nationale (IGPN, la "police des polices"), montrent que la pratique des primes, qui avait été abolie le 1er janvier 2002, avait "été rétablie" de mai 2002 à l'été 2004.

Les deux inspections avaient une "mission de vérification sur l'usage des frais d'enquête et de surveillance" destinés par exemple à rémunérer les informateurs et assurer la couverture des frais engagés lors des enquêtes.

Elles devaient particulièrement s'intéresser de savoir si depuis le 1er janvier 2002, date où est entrée en vigueur une réforme des primes de cabinets ministériels, une partie des frais d'enquête aurait été utilisée "à d'autres fins".

"Il semble que la pratique antérieure au 1er janvier 2002", écrivent les rapporteur IGA/IGPN "ait été rétablie de mai 2002 à l'été 2004" et que "pendant deux ans", la dotation attribuée au ministère de l'Intérieur pour les personnels de cabinet "ait été complétée de versement en provenance des frais d'enquête et de surveillance".

Elle l'estime "à hauteur de 10.000 euros par mois remis au directeur de cabinet du ministre" de l'Intérieur qui était M. Guéant à cette époque.

M. Valls avait diligenté début mai une enquête sur les primes dont son prédécesseur Claude Guéant expliquait avoir bénéficié lorsqu'il était place Beauvau.

Il expliquait ainsi la découverte en février, lors de perquisitions le visant, de factures payées en liquide d'un montant, selon lui, de 20 à 25.000 euros. Selon lui elles avaient été payées par des primes "non déclarées de toute éternité" et "avec la tolérance des services fiscaux".

 

Source : Le Point

Partager cet article
Repost0
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 09:35

par-1455865-jpg_1338084-copie-1.JPGNicolas Sarkozy a la dent dure. Selon Le Figaro, l'ancien président juge sévèrement la déclaration de candidature de François Fillon à la présidentielle de 2017, jeudi dernier, lors d'un déplacement au Japon : "Pathétique, mais pas autant que les rebuffades qui ont suivi", aurait lâché Nicolas Sarkozy à son entourage. Une référence à un tweet dans lequel l'ex-Premier ministre a justifié sa déclaration.

 

Source : Le Point

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 01:26

sans-titre-copie-83.JPGSource : Hern

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 01:28

 


 

 

Cette vidéo nous montre l'anti-sarkozysme primaire de Guillaume Peltier, l'un des leader de "la droite forte" (à la droite de l'UMP) lorsqu'il il faisait campagne pour Philippe de Villiers (MPF).


Comme l'écrit le Blog l'Arnaque Forte, Guillaume Peltier n'est pas plus sarkozyste qu'il y a quelques années, c'est Sarkozy qui s'est Peltierisé (ou plutôt Buissonnisé depuis qu'il écoute son conseillé d'extrême-droite).

A noter que M. Peltier est passé durant sa jeune carrière politique par le FN, le MNR, le MPF et l'UMP.

 

Au passage je vous invite à visiter le Blog : http://larnaqueforte.blogspot.fr

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 01:09

30436-copie-5L'explosion de l'UMP ne serait pas une surprise pour 3 raisons ?

 

1 - Tout d'abord la jeunesse de cette formation politique, 10 ans, l'UMP a été créé après la victoire de Jacques Chirac en 2002. Contrairement au parti historique comme le PS fondée en 1969 ou le PC fondée en 1949.

 

2 - Le maintien de l'UMP dans la victoire, depuis 10 ans l'UMP n'a jamais connu de defaite électorale au niveau nationale, cette formation politque n'était surement pas préparé à être dans l'opposition.

 

3 - La nature du parti, l'UMP a fait l'union de la droite et a aspirer toutes les autres formations politique, mais historiquement la droite tout comme la gauche était constituée de plusieurs partis politques.

Imaginer un parti unique à Gauche le PCSV "Parti Communiste Socialiste et Vert" cette formation serait totalement ingérable dans l'opposition. A mon avis, avant 2002, l'UDF avait un rôle représentatif et d'équilibre de la droite française.

Partager cet article
Repost0