Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 08:49
!cid_D301442A-3880-4921-BE96-308F73917386@home.jpg
Le MJS76 a aussi participé à l'université d'été des socialistes, par ses délégués :
- Matthieu MONIER
- Paul LEBOUC
- Charlotte GOUJON
- Loic LUCAS
- Pauline MAY
Source : MJS76
Partager cet article
Repost0
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 08:00
Partager cet article
Repost0
16 juillet 2009 4 16 /07 /juillet /2009 07:39

Bonjour

Ce blog connaitra en raison de cette période estivale un break jusqu'à notre rentrée politique qui sera marquée par l'université d'été du MJS à la Rochelle.

N'hésite surtout pas a profiter de cette pause pour consulter les 150 articles déjà parus.

Bon été à tous.

Amitié Socialiste

L'équipe fédérale du MJS76

 

Source : MJS76

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2009 4 16 /07 /juillet /2009 07:33

 

DSC01130.JPG
Ci dessous l'intervention d'Aurélien Bateux (Animateur Fédéral du MJS76) et de Christophe Bouillon Député-Maire de Canteleu et 1er secretaire fédéral du PS76.

 

 

Source : MJS76

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 09:59

procureur-02.jpgLe procédé est vieux, très vieux : muter un haut fonctionnaire qui dérange alors même que son travail est loué par ses supérieurs. Il n’en est pas moins brutal, contraire à l’ordre républicain et donc inadmissible.

Le procureur de Riom, Marc Robert, fait l’amer expérience de l’utilisation de ces vieilles méthodes. Il faut dire que ce magistrat dont les collègues et la hiérarchie apprécient son travail possède plusieurs torts :

- premièrement il s’est opposé, comme beaucoup de magistrat et avocats, à la carte judiciaire qui a crée de nouveaux « déserts judiciaires ».

- deuxièmement, il s’est déclaré contre la suppression du juge d’instruction, que l’exécutif veut faire taire.

- troisèmement, il est le dernier procureur général nommé par la gauche.

Autant de raisons qui ont poussé l’ex-Garde des Sceaux – Rachida Dati – a muté Marc Robert comme avocat général à la Cour de Cassation, un poste où les titulaires sont déjà nombreux et possèdent peu d’affaires chacun, en un mot : un placard.

Le procureur ne baisse pas les bras et soutenus par nombre de ses collègues il va contester le décret de mutation. La Garde des Sceaux n’ayant pas respecté la procédure – Le Conseil supérieur de la Magistrature n’a pu statuer sur le cas du Procureur - sa mutation pourrait être annulée…

 

Source : MJS76

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 04:08

jumieges-01.jpgNotre Département de Seine-Maritime est candidat pour deux sites - L’abbaye de Jumièges et les îles et berges de la Seine -  classés au titre de Natura 2000 depuis 2006, sur lesquels il souhaite être un acteur majeur.

Natura 2000 est un réseau européen qui a pour objectif de préserver la diversité biologique et valoriser le patrimoine naturel des territoires. Il compte 1 700 sites en France, dont 18 sites terrestres en Seine-Maritime. Chaque Etat membre est libre de ses actions, l’important est d’atteindre les objectifs fixés par Natura 2000.

La France, quant à elle, a choisi la voie de la concertation et de l’incitation, avec une prise en compte des activités économiques et sociales.

Natura 2000 en Seine-Maritime, ce sont donc dix-huit

 

sites inscrits comme par exemple le Bassin de l’Arques, les boucles de la Seine Amont et Aval, le littoral cauchois, le Pays de Bray Humide…

L’Abbaye de Jumièges - propriété du Département de Seine-Maritime depuis 2007 - abrite, dans ses souterrains, une colonie de chauves-souris, majeure pour la Seine-Maritime. Les souterrains sont aussi un lieu d’hibernation important.

Avec les « Iles et berges de la Seine », en amont de Rouen, entre Belbeuf et Saint-Pierre-lès-Elbeuf, ces deux sites présentent une grande importance écologique et ont été désignés au titre de la directive « Habitats faune et flore » qui met l’accent sur la conservation d’espèces de faune et de flore sauvage et leur habitat.

Afin de participer à la conservation de l’importante biodiversité de ces sites, où la collectivité est par ailleurs un acteur majeur, le Département de Seine-Maritime s’est porté candidat pour présider le comité de pilotage. Cette candidature a d’ores et déjà été prise en compte par l’Etat et sera proposée au premier comité de pilotage.

La collectivité serait désormais chargée de l’animation de la démarche, de la concertation et de la réalisation des documents d’objectifs pour les 2 sites.

 

Source : MJS76

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 12:20

arton1452-595ac.pngLe Mouvement des Jeunes Socialistes dénonce la position d’observateur de la hausse du chômage du ministre du travail. Alors que le manque d’emploi se creuse, rien n’est fait pour en créer, aucune politique volontariste n’est mise en place.

Pire, après le massacre de l’éducation, Darcos organise la file d’attente.

L’accumulation de charge de travail sur un nombre réduit de salariés a des effets dévastateurs. Les accidents mortels ont augmenté de 16% en France en 2007, l’augmentation du stress conduit à une multiplication des troubles physiques. Et les mesures proposées comme le travail du dimanche, après les heures supplémentaires, ont pour logique : plus de travail pour ceux qui en ont déjà un et rien pour ceux qui n’en ont pas.

Les jeunes socialistes prônent une vision du travail faisant partie intégrante d’une société du temps libéré. Cela passe par une politique de l’emploi qui offre des débouchés aux jeunes au lieu de considérer comme M. Darcos qu’un jeune n’est qu’un chômeur potentiel et que 650 000 jeunes diplômés sur le marché du travail, ce sont 650 000 nouveaux chômeurs.

 

Source : MJS76

 


Partager cet article
Repost0
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 08:17

travail_dimanche.jpgDéplafonnement des heures supplémentaires, menaces sur les jours de RTT, Lundi de Pentecôte remis en cause, disparition du repos compensateur, retraite à 67 ans… Depuis deux ans, le code du travail et les droits des salariés reculent. Comme si cela ne suffisait pas, c’est désormais au repos dominical que le gouvernement a décidé de s’attaquer.

La loi encadrant le travail du dimanche, conçue pour accorder un temps de repos régulier et commun aux salariés, date du 13 juillet 1906. C’est une étrange manière de célébrer l’anniversaire de cette loi, à quelques jours près ! Le texte soumis aujourd’hui permet à tous les commerces de toutes les communes touristiques de France (elles sont potentiellement plus de 5000 !) d’ouvrir toute l’année. Les patrons auront le droit d’ouvrir et leurs salariés auront seulement le droit de travailler. Cela se fera sans contreparties : il n’y aura ni volontariat, ni salaire double, ni repos compensateur. Les salariés pourront être licenciés s’ils refusent de travailler le dimanche. Aucun argument ne plaide en faveur de l’ouverture des commerces le dimanche. Dans les pays qui ont autorisé cette ouverture, les prix ont augmenté de 5 %. Cela ne créera pas de croissance : les Français ne dépenseront pas le dimanche l’argent qui leur manque la semaine ! En revanche, les organisations patronales le signalent, il y a un fort risque de destruction d’emplois. Concurrencée par la grande distribution, les commerces de proximité, qui emploient trois fois plus de personnel à activité égale, pourraient être contraints de se séparer d’une partie d’entre eux. Le texte qui nous est soumis est une erreur économique, politique et sociétale.

 

Source : MJS76

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 09:42

jeune-chomeur-02-150x150.jpgLa commission de concertation sur la jeunesse présidée par Martin Hirsch a achevé ses travaux hier, après des discussions difficiles compte tenu des nombreuses réserves exprimées en fin de parcours sur le Livre vert.

Les socialistes y ont pris toute leur part, représentés par Marisol Touraine, députée de l’Indre-et-Loire et secrétaire nationale du PS, qui est fortement intervenue notamment pour que ne soit pas écartée la proposition de versement d’une allocation autonomie en faveur des jeunes.

La commission s’est retrouvée autour de plusieurs propositions :

- la mise en place d’un service public de l’orientation (mais le Gouvernement au même moment s’engage dans une autre voie dans le cadre du projet de loi sur la formation professionnelle),

- l’obligation de formation jusqu’à 18 ans, l’accès à une mesure de protection pour les jeunes majeurs sans ressources et en rupture familiale ou encore le soutien aux formations par alternance et la valorisation du service civique.

Les socialistes prennent acte de ce que, finalement, l’idée d’une allocation autonomie pour les jeunes n’a pas été écartée, bien qu’elle soit présentée comme alternative à un autre système de soutien financier.

 

Mais le résultat d’ensemble est décevant et en deçà des attentes suscitées. Alors qu’à la rentrée ce sont au moins 700 000 jeunes qui se retrouveront au chômage, les conclusions de la Commission Hirsch apparaissent décalées et peu ambitieuses.

Alors que les jeunes sont dans notre pays les premiers confrontés à la violence de la crise, qu’ils sont régulièrement stigmatisés, le Haut commissaire à la Jeunesse ne propose pas de vision susceptible de répondre à l’ampleur des défis à relever.

En proposant 57 mesures, qui s’apparentent à un catalogue de bonnes intentions, sans aucune hiérarchie, il ne donne pas les moyens de structurer une politique ambitieuse en faveur des jeunes. L’imprécision des propositions, leur caractère général et l’absence de tout engagement financier rendent peu probable la réorientation nécessaire de la politique de la jeunesse.

Pour les socialistes, il est nécessaire d’engager une politique audacieuse en faveur de l’autonomie des jeunes qui passe par la définition d’un nouveau droit universel, le soutien à l’autonomie.

Les socialistes préconisent la mise en place d’une allocation-autonomie pour tous les jeunes de 18 à 25 ans sous condition de ressources, financée notamment par la réorientation des aides existantes. Ils expriment leur ferme opposition au projet alternatif de versement d’une dotation initiale en capital à tous les jeunes, partiellement remboursable, tant elle renforce, dans la version proposée, les inégalités entre jeunes.

Les socialistes appellent par ailleurs à faire un effort particulier envers les jeunes sans formation, les plus éloignés du marché de l’emploi, qui ont besoin d’être soutenus, y compris financièrement dans leurs parcours d’insertion.

Il s’agit enfin de mettre en oeuvre des mesures d’urgence face à la crise et à la montée du chômage.

A l’évidence, les mesures annoncées par Sarkozy en avril dernier, fondées sur des aides fiscales aux entreprises, ne sont pas de nature à soutenir les jeunes dans cette période difficile.

Visiblement, l’imagination n’était pas au pouvoir au sein de la commission Hirsch et les propositions des socialistes n’ont pas été écoutées. Les jeunes de France savent aujourd’hui que l’UMP n’est pas à la hauteur pour leur construire un avenir meilleur et prépare une société où les conflits générationnels vont se développer.

 

Source : MJS76

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2009 1 06 /07 /juillet /2009 19:05

 

 

banquet-01-300x209.jpgPour son rendez-vous traditionnel, la cinquième circonscription de Seine-Maritime n’a pas failli a ses habitudes : remplir le gymnase Alain Calmat de Canteleu ! En effet, près de 700 personnes ont participé à ce moment politique fort et convivial.


Christophe Bouillon, député de la circonscription, maire de la ville où se déroulait le banquet républicain a d’abord remercié les élus et militants, sympathisants de ce territoire à s’être déplacés nombreux comme les conseillers généraux de Caudebec-en-Caux (Martine Blondel), Pavilly (Pascal Marchal), Notre-Dame de Bondeville (Jean-Yves Merle), Maromme (David Lamiray) ou Duclair (Bernard Léger), les secrétaires de section de la circonscription et d’autres venus du département …



banquet-02-300x209.jpgSous l'oeil attentif du MJS76, il a ensuite remercié de leur présence Didier Marie, président du Département et Benoit Hamon, porte-parole du Parti Socialiste.

Egalement Premier secrétaire du Parti Socialiste de Seine-Maritime, Christophe Bouillon a fait un long panorama de la situation française et locale, plaçant la Droite face à ses vrais actes : ceux qui détruisent, un à un, les services publics dans un contexte où le ravage de la crise économique anéanti le tissu économique local, national et international.


 

 

banquet-03-300x209.jpgIl a dénoncé la mascarade des gesticulations présidentielles et pointé combien Laurent Fabius avait raison de proposer qu’on produise enfin les textes qui permettraient de faire un référendum d’initiative populaire pour demander aux Français leur avis sur la privatisation de La Poste.

Avant de lui céder la parole, il a salué en Benoit Hamon, la présence d’un socialiste authentique qui ne cherche pas à détruire d’autres socialistes dès qu’un micro lui est tendu…



banquet-04-300x209.jpgBenoit Hamon lui, a fustigé le gouvernement, Sarkozy, la Droite hautaineet  ”d’en haut” contre la pénibilité de la vie “en bas”. Il a rappelé que le Parti Socialiste, loin d’être “effondré” - comme se plaisaient à le dire les rédactions parisiennes inféodées au pouvoir - était encore debout et beaucoup de petits partis s’en contenteraient : 20 régions, 50% des départements, la plupart des grandes villes, députés et sénateurs… le Parti Socialiste est un grand parti et unis, les socialistes, tournés et ouverts aux autres, pourraient bien encore créer une surprise même si la première marche électorale est un peu cahotique.



banquet-05-300x209.jpgIl a félicité les Verts pour leur campagne et leur résultats et insisté pour que tous les socialiste entendent le message que le peuple de Gauche leur adresse comme aux autres partis de Gauche : ensemble, cessons de donner à Sarkozy, par nos divisions, les clés de sa victoire.

Fortement applaudi, il a conclu : “Unis, rassemblés nous sommes invincibles, Sarkozy le sait, voilà pourquoi il cherche à diviser la Gauche !”

 

Source : MJS76

Partager cet article
Repost0