Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 08:03

feuille-de-soin1.jpgLes semaines - voire même les jours - où s’annoncent une nouvelle franchise, une taxe inédite ou un impôt supplémentaire deviennent monnaie courante. Avec la droite, le verbe “taxer” se conjugue à tous les modes et à tous les temps. Difficile d’échapper au débat sur la taxe carbone mais je crains qu’il sera plus difficile encore d’échapper à son paiement. Car au lieu de taxer fortement les pollueurs pour que cette taxe ait un véritable impact, le gouvernement fait le choix de saupoudrer sur tous les Français.

 

Les plus gros pollueurs peuvent dormir tranquilles. Taxe encore quand, ce week-end, on a appris une probable revalorisation du forfait hospitalier, de 16 à 20 euros. Ce n’est pas la première fois que les Français qui souffrent, au sens propre comme au sens figuré, seraient pénalisés. Il y a deux ans, la droite taxait déjà les malades en instaurant les franchises médicales.

L’argument de la droite pour faire passer cette pilule, c’était de dire qu’elles contribueraient à résorber le “trou de la sécu”. On en tousse encore ! Mais surtout, les Français paient toujours, les Français paient encore. Et malgré cela, partout les déficits se creusent. Et pourquoi ne pas reprendre la proposition de la Cour des Comptes, présidée par Philippe Seguin, qui propose de soumettre à cotisation sociale les bonus, retraite-chapeau et autres avantages obtenus par les dirigeants des grands groupes ou des grandes banques.

A la clé plus de trois milliards d’euros, bien plus que les quelques dizaines de millions espérés avec l’augmentation du forfait hospitalier. Là encore le gouvernement et l’ump prèférent préserver les intérêts de quelques uns au détriment du plus grand nombre.

 

Source : MJS76

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 05:55

Dessin-La-Poste.jpgL’UMP, par la voix de Danièle Giazzi, a voulu répondre à l’appel des socialistes à la mobilisation de demain contre le projet de privatisation de La Poste.

Mais tous les mensonges de l’UMP ne parviendront pas à cacher l’évidence : La Poste va être privatisée et le périmètre du service public postal va être réduit. L’UMP prétend que La Poste va changer de statut tout en restant dans le giron de l’Etat. Cela rappelle les engagements de Sarkozy sur l’avenir de GDF. Chacun se souvient de l’issue : la privatisation.


Les Français doivent savoir ce qui se prépare. Le changement de statut de La Poste ne servirait à rien si l’objectif n’était pas l’ouverture du capital et la transformation de La Poste en entreprise comme une autre, avec les mêmes exigences de rentabilité. Cette perspective n’est pas acceptable. La Poste assure de nombreuses missions de service public (service public bancaire, distribution du courrier sur tout le territoire, tarif du timbre…) qui ne sont pas compatibles avec un statut privé.
Les socialistes rappellent leur engagement aux côtés du « Comité national contre la privatisation de La Poste, pour un débat public et un référendum sur le service public postal ». Il participera, avec ses élus et ses militants, à l’organisation de la votation citoyenne du 3 octobre et appelle tous les Français à venir s’exprimer à cette occasion.
Demain, votez, partout où la votation nationale va être organisée : Devant les mairies, sur les marchés, sur vos places …

Source : MJS76

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 15:10
Partager cet article
Repost0
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 12:17

1454607044.gifPrécarité de l’emploi et périodes récurrentes de chômage sont devenues le lot commun de nombreux jeunes actifs. Parallèlement, les loyers ont augmenté en moyenne de 40 % depuis 10 ans. Une hausse qui a d’abord frappé les jeunes, fraîchement débarqués sur le marché locatif. Conséquence, le visage de la pauvreté s’est rajeuni : près d’un pauvre sur deux a moins de 30 ans.

 

Aujourd’hui les jeunes se retrouvent bien plus souvent sur le parcours du combattant que sur le chemin de l’autonomie.
Et que propose le gouvernement ? Encore une solution au rabais ! Nicolas Sarkozy propose aujourd’hui d’élargir le bénéfice du RSA « chapeau » (celui versé aux travailleurs pauvres) aux moins de 25 ans qui travaillent et qui sont exclus du revenu de solidarité active (RSA).
Mais les jeunes ne sont pas dupes. Le RSA est un alibi pour les entreprises peu scrupuleuses de sous-payer des sous-salariés. Et autoriser le sous-paiement des jeunes via un « RSA Jeunes » n’aura qu’une seule utilité : trafiquer les chiffres du chômage à la baisse alors que les emplois à temps très partiels ou payés au lance-pierre feront loi.

Le Mouvement des Jeunes Socialistes déplore qu’aucune politique volontariste de l’emploi ne soit envisagée. Cependant les jeunes socialistes se tiennent prêts à accueillir comme il se doit le RSA jeunes comme ils l’ont fait en 1994 pour le CIP et en 2006 pour le CPE.
Ne vous inquiétez pas Monsieur Hirsch, les jeunes ne sont pas ingrats, ils sauront vous remercier comme il se doit !

 

Source : MJS76

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 06:20

timthumb.pngDepuis dimanche, le gouvernement ne cesse de multiplier des déclarations contradictoires sur l’augmentation du forfait hospitalier mais va dans le sens d’augmentation de ce dernier.

La ministre de la santé, Roselyne Bachelot va même jusqu’à annoncer qu’«il ne serait pas illégitime qu’il y ait un rattrapage sur le forfait hospitalier». Les annonces faites par le gouvernement ce week-end montre bien leur aveuglement persistant face à la réalité de l’accès à la santé.

 

Le forfait hospitalier est une participation forfaitaire journalière qui n’est pas remboursée par la Sécurité Sociale ; il contribue aux frais d’hébergement et d’entretien. De 16 Euros aujourd’hui, le Forfait hospitalier pourrait se monter à 20 Euros. L’augmentation du forfait hospitalier sera débattue lors des discussions sur le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2010. Autre mesure envisagée, la baisse du niveau de remboursement de certains médicaments dont le niveau de remboursement pourrait passer de 35 % à 15 %.

Nous, jeunes socialistes, trouvons scandaleux la méthode qui consiste à prendre l’argument du déficit de la sécurité sociale pour faire payer encore plus cher aux français l’accès à la santé.

Toute la logique du gouvernement consiste à faire croire que la santé est un luxe. Or tout l’édifice de la sécurité sociale repose sur le principe que personne n’est responsable du fait d’être malade. La logique du responsabilisation des patients ne tient pas la route, à moins que le gouvernement n’assume qu’il souhaite faire renoncer les plus modestes à certains soins. Après les franchises médicales, c’est encore une taxe de plus sur l’accès à la santé. Le gouvernement ajoute une barrière supplémentaire dans le parcours d’accès aux soins et vient renforcer l’exclusion des soins d’une partie de la population, notamment les malades les plus précaires. Comment feront ceux qui n’ont pas de couverture complémentaire? Injustifiable socialement, cette fuite en avant l’est encore moins au niveau sanitaire: la santé d’une population est un bien public, autrement dit parce que les maladies sont contagieuses, il faut chacun, y compris les plus modestes, soit soigné au mieux pour que tous soient en bonne santé.

Nous assistons à la disparition progressive de la solidarité nationale. Le gouvernement mène une entreprise de démolition de la prise en charge des soins par l’assurance maladie. Au Mouvement des Jeunes Socialistes, nous voulons un système de santé juste et solidaire, qui soit accessible à tous.

 

Source : MJS76

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 18:12

ina-balladur-sarkozy-.jpg

 « Réforme territoriale ». Derrière le roulement des cinq « r » qui s’enchaînent en deux mots, tout ne roule pas. L’expression ne vous a sans doute pas échappé. Les medias l’évoquent. Le débat semble technique, voire technocratique, réservé aux seuls élus. C’est pourtant tous les Français qui vont être touchés. « Encore ? » me direz-vous. Oui, encore. Encore une réforme qui s’accompagne de mesures négatives.

 

Grâce à la décentralisation, les collectivités territoriales, communes, intercommunalités, départements, régions, ont montré leur efficacité pour apporter des réponses de proximité aux besoins des Français. Mais le gouvernement a décidé de réformer l’organisation territoriale et de doubler par un projet relatif à la fiscalité locale. L’organisation territoriale a des failles et des faiblesses. Je ne nie pas qu’une réforme est sans doute souhaitable. Encore eut-il fallu réformer positivement ! Ce n’est pas le cas. Les projets du gouvernement en la matière menacent la démocratie locale, les services publics et les marges financières des collectivités. A terme, c’est assurément moins de constructions d’écoles, de collèges, de lycées, moins de transports scolaires ou de trains régionaux, moins d’accueil pour la petite enfance ou pour les personnes âgées, moins de routes entretenues et sécurisées, moins de soutiens aux projets associatifs, à la culture, aux sports… parce que les collectivités n’auront plus les moyens de les financer.

C’est la casse des collectivités qui s’organise. C’est la démocratie qui est en danger. La réforme ne permettra même pas aux citoyens de mieux savoir à quel élu il doit s’adresser pour résoudre tel ou tel problème. Aujourd’hui, au moins, chacun a un repère : son maire. Au besoin, celui-ci aiguille et oriente. Auront-ils le moyen de le faire à l’avenir? La France des villes n’a pas fini de s’opposer à la France des champs avec cette réforme. Fini la répartition de la richesse sur tout un territoire. Fini la solidarité. Si ces projets passent, si rien ne change, c’est en 2014 que tout cela commencera.

 

Source : MJS76

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 08:48

europeana-01-240x300.jpg

Google pourrait étendre son monopole sur les fonds bibliothécaires avec la complicité d’un Etat géré par la Droite et qui ne s’engagerait plus en faveur de la bibliothèque numérique européenne mais laisserait se développer le fonds privé…
Les socialistes expriment leur incompréhension après l’annonce récente par la BNF (Bibliothèque Nationale de France) de l’existence de négociations avec Google en vue de confier au portail américain la numérisation de son fonds.

Cette annonce est d’autant plus surprenante qu’existe un projet de bibliothèque numérique européenne lancé sous l’égide de la Commission européenne, intitulé Europeana. La promotion de la diversité culturelle et l’accès multilingue au patrimoine culturel européen, ainsi que le refus de laisser la numérisation des savoirs aux mains d’un monopole privé, représentent un enjeu important qui appelle un sursaut des pouvoirs publics. Ce n’est ni à Google ni aux dirigeants des bibliothèques publiques qu’il faut faire grief de la faiblesse actuelle du projet alternatif public. C’est l’absence d’ambition des gouvernements, et notamment du gouvernement français, en matière de politique culturelle qui est en la cause.

Les socialistes demandent :

- la poursuite du projet Europeana de bibliothèque numérique européenne,
- la pérennisation et l’accroissement des financements publics en faveur de ce projet,
- la relance à ce sujet de la concertation européenne pour que les autres Etats membres concernés  de l’Union Européenne contribuent à la construction de cette bibliothèque qui peut et doit être le symbole de l’Europe de la culture, alors même que l’économie de l’immatériel et l’investissement dans la recherche, l’éducation, la culture constituent la clef de l’avenir.

 

Source : MJS76

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 07:43

hortefeux-le-pen-petit-noir.jpg

Tandis que la droite fait bloc autour de Brice Hortefeux, plusieurs témoignages viennent confirmer l’indécence des propos du Ministre de l'intérieur.

Parmi les témoins à charge contre Hortefeux, l’ancien Ministre Azouz Begag. Celui a qui Hortefeux avait lancé un cinglant « Allez dégage fissa, fissa » parce qu’il se trouvait un peut trop près de lui raconte : pour lui cela ne fait aucun doite, la vidéo nous apprend qu’ Hortefeux « est un menteur ». Et Begag poursuit : «  Ce n’est pas la première fois que j’entends des mots aux relents de colonialisme de la bouche de Brice Hortefeux. Cette réalité, je l’ai connue lorsque j’étais au gouvernement ».

 

Source : MJS76

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 06:35

 


 

Eric Besson, heureux de faire un doigt d’honneur à la presse suite à une question sur De Villiers et l’UMP, de l’université d’été de l’UMP où décidément, les têtes de Droite se lâchent un peu fort en cette rentrée.

Dans une séquence diffusée aujourd’hui dans l’émission de Canal +, Dimanche +, le ministre de l’Immigration est filmé en train de faire un doigt d’honneur aux journalistes qui le filment. La chaîne explique que la scène a été filmée la semaine dernière lors de l’université d’été de l’UMP alors que le ministre avait rassemblé autour de lui plusieurs jeunes de son mouvement politique «Les Progressistes». Interrogé sur le sentiment de ces derniers à propos de l’arrivée dans la majorité de Philippe de Villiers, Eric Besson exprime sa désapprobation : « Ne lui répondez pas», dit-il. Puis, alors qu’un jeune homme accepte de donner son sentiment, le ministre se penche vers le bas, comme s’il souhaitait sortir du champ de la caméra, et tend le majeur, tout en souriant aux journalistes qui le filment.

Un doigt d’honneur dans un parti qui maintient un Ministre qui sanctionne les préfets pour paroles racistes mais qui se soustrait à cette règle alors qu’il profère des propos purement immondes, indignes de la république, où est l’honneur à l’UMP ?

 

Source : MJS76

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 05:00

chomage-05-300x224.jpg

Le chômage des jeunes va connaître une forte croissance à la rentrée avec l’arrivée sur le marché du travail de 150 à 200 000 jeunes. Face à la gravité de cette situation, le Gouvernement ne semble pas décidé à agir.

Les propositions de la Commission HIRSCH dont les socialistes avaient relevé les limites et, surtout, le sort qui leur est réservé, ne permettront pas de faire face à la profondeur de la crise. Les socialistes ont notamment marqué leur inquiétude face à l’absence d’engagement chiffré et de calendrier de la part du Gouvernement.  Ils ont également exprimé leurs préoccupations quant à l’avenir réservé à certaines propositions du livre Vert en ce qui concerne l’emploi des jeunes dès la rentrée de septembre.

 

Des propositions relatives, par exemple, à la refonte des dispositifs d’orientation au sein de l’Éducation nationale, à la mise en place d’un service public territorialisé de l’orientation ou l’encadrement des stages en entreprises hors cursus, avaient pourtant fait l’objet d’un large consensus au sein de la commission.

Ces propositions, reprises sous formes d’amendements par les députés socialistes à l’occasion de l’examen par l’Assemblée nationale de la loi relative à la formation professionnelle tout au long de vie, ont été systématiquement rejetées, par le gouvernement.

Ainsi se trouvent confirmées les inquiétudes des socialistes quant au sort réservé aux travaux issus de la Commission, qui apparaît de plus en plus comme l’alibi d’une politique gouvernementale indifférente au sort des jeunes.

Dans ce contexte, les socialistes rappellent leurs propositions pour faire face à la situation aggravée des jeunes à la prochaine rentrée :

-  création d’emplois-verts réservés aux jeunes et ciblés sur des activités de préservation de l’environnement ;
-  mise en place de contrats insertion-formation, contrats aidés obligatoirement couplés à de la formation et destinés aux jeunes les plus éloignés du marché de l’emploi ;
-  mise en place d’un dispositif – formation rebond - de réintégration des jeunes ayant décroché de leur formation ;
prolongement de l’indemnisation des personnes perdant leur emploi à la suite de la rupture d’un contrat court.

 

Source : MJS76

Partager cet article
Repost0