Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 21:46
chirac.jpg
Source : MJS76
Partager cet article
Repost0
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 23:55

timthumb.php.pngPendant que le ministre de l’immigration et de l’identité nationale annonce la création d’une « carte de résident Gold» pour attirer les entrepreneurs étrangers, Monsieur Hortefeux peut tranquillement tenir des propos racistes qui sont restés sans incidence. Depuis 2002, les gouvernements successifs affichent clairement la couleur de leur politique de lutte contre l’immigration clandestine: expulsions à la chaîne, opération de démantèlement de la « jungle » à Sangatte par E. Besson, interpellations de personnes qui aident les étrangers en situation irrégulière,… et plus récemment suppression du défenseur des enfants qui garantissait les droits des enfants en centre de rétention administratif.

 

Une politique à la hauteur d’un contexte fait d’amalgames et de discriminations…


Les gouvernements européens s’arment de mesures discriminatoires pour se débarrasser des étrangers « clandestins ». Le ton est largement donné en Italie par le gouvernement Berlusconi. Des mesures réactionnaires sont mises en œuvre par le gouvernement italien : augmentation de 2 à 6 mois du temps de détention des étrangers en situation irrégulière et formation de « patrouilles ambulantes nocturnes » (formées par d’anciens policiers, d’anciens militaires et des civils) pour « surveiller les villes ».

Nous sommes dans un climat où les libertés disparaissent progressivement au profit de la chasse aux « clandestins ».
Nous sommes dans un climat où la peur de l’autre est alimentée par un gouvernement qui n’a plus de respect pour les valeurs de sa nation.
Nous sommes dans un climat fait d’amalgames où le terme étranger est trop souvent associé à délinquant.

La présence du Front National dans le paysage politique français depuis le début des années 90 et le manque de réponses insufflées par la gauche, ont permis à la droite de mener une politique basée sur la peur et la xénophobie. Aujourd’hui, la droite mène sans encombre une politique d’extrême droite en traduisant des représentations bien ancrées dans l’opinion publique.

Les immigrés sont aujourd’hui traités et considérés comme des criminels. Mais quel est leur crime ? Avoir voulu trouver une vie meilleure en France, être venu y faire ses études, y retrouver sa famille, se soigner, y fuir les violences et les persécutions…
Du déchirement lié à l’exil à la clandestinité, en passant par l’humiliation subie du fait du changement de statut social, les étrangers qui ne peuvent pas être régularisés vivent dans des conditions d’extrême précarité qui les amènent bien souvent à se replier sur eux-même, à perdre une partie de leur propre estime. Les conditions d’existence des étrangers en situation irrégulière sont difficiles. Ils n’ont pas de reconnaissance juridique, et de ce fait, sont obligés de vivre cachés. Pour les pouvoirs publics, les « clandestins » ont fait le choix d’entrer et/ou de vivre irrégulièrement sur le territoire: ils sont considérés comme hors la loi. En ce sens, leur manque de reconnaissance est inhérent à leur statut.
Pour les pouvoirs publics, les immigrés sont encore moins que des criminels ; ils ne sont même plus considérés comme des humains. Ils sont ces numéros qu’on aligne pour remplir un quota, ils sont ces numéros qui deviennent leurs noms dans les centres de rétention administrative (CRA). La chasse à l’immigré est devenue alors un jeu où chaque préfecture y va de sa propre méthode pour expulser (trop souvent de façon discrétionnaire). Dès lors, tous les coups, toutes les incohérences, tous les actes, les plus inhumains soient-ils, sont permis. La conséquence directe de cela : la Police Aux Frontières use de beaucoup d’imagination et viole quotidiennement la loi pour servir la politique du chiffre. Dans ce contexte, les travailleurs sociaux sont de plus en plus mis sous pression pour collaborer avec les services de police. Bien qu’attachés à leur code de déontologie et au secret professionnel, les travailleurs sociaux se voient parfois incriminés lorsqu’ils refusent de dénoncer des étrangers en situation irrégulière qu’ils accompagnent.

Nombreuses sont les situations qui nous montrent que les préfectures cherchent à faire gonfler leurs chiffres en utilisant des méthodes souvent illégales. Les bénévoles et les professionnels de terrain constatent que l’obtention d’une carte de séjour est un parcours du combattant et que bien souvent lorsque les immigrés sont accompagnés, le titre de séjour est délivré plus aisément. Il y a le cas de cet étudiant qui s’est fait arrêter à la préfecture alors qu’il y était venu à la demande de celle-ci pour se faire régulariser. Il y a le cas de cet homme à qui l’Etat français a reconnu ses droits parentaux sur un fils qu’il n’avait pas vu depuis 4 ans avant de l’expulser quelques jours plus tard. Il y a le cas de ce congolais qu’on a expulsé alors que dans son pays, son frère, sa première femme et sa fille avaient été tués et à qui on a expliqué qu’il ne risquait rien. Ce même congolais qui avait reconstruit sa vie en France et qui devait quitter sa nouvelle famille. Et nous pourrions continuer à égrener les exemples pour finir par nous rendre compte que toutes ces situations ne sont que l’expression d’une politique faite d’amalgames et de discriminations.

 

… Une bataille idéologique à mener

La réalité, c’est que personne n’a jamais osé contester les politiques de contrôle des flux migratoires et de lutte contre l’immigration clandestine de peur d’être taxé d’irresponsable. Dans l’opinion publique, un flou s’est installé entre l’immigration « clandestine » et sentiment d’insécurité. Nous devons casser certaines représentations bien ancrées dans le paysage français.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les migrations se font en interne des continents. En effet, la droite nous fait croire que les migrations se font principalement du Nord vers le Sud, hors les migrations, poussées par des conditions de vie précaires, se font principalement à l’intérieur d’un même territoire ou vers les pays limitrophes.

Les migrants viennent majoritairement en France pour des raisons familiales non pour nous « voler nos emplois ». En France, l’immigration professionnelle représente moins de 20 % des visas longs séjours.

Les étrangers ne volent pas « nos emplois ». Si un emploi sur trois est soumis à condition de nationalité (notamment dans la fonction publique), les étrangers sont souvent victimes de discrimination dans leur parcours d’accès à l’emploi. Une cinquantaine de professions du privé ne peut pas être exercée par ces derniers. C’est le cas des métiers d’avocat, de dentiste, d’architecte, de débitant de tabac, de courtier en assurances,…

Une politique de régularisation des sans papiers n’entraînera pas une forte augmentation des flux migratoires vers la France, bien au contraire, elle peut permettre des aller – retour simplifiés vers le pays d’origine. Par ailleurs, pourquoi ne pourrions nous pas nous installer dans le pays de notre choix et puis retourner dans notre pays d’origine lorsque nous en ferions le choix ?

Le principe qui consiste à croire que la régularisation de l’ensemble des sans papiers est impossible du fait de leur nombre est une aberration. Si l’on compare aux autres pays dans le monde la France n’a pas tant que cela de personnes sans papiers. Au nombre de 200 à 400 000 en France, ils étaient 690 000 en Espagne lorsque le gouvernement a décidé de tous les régulariser en 2005.

La politique de lutte contre l’immigration clandestine est une politique qui coûte cher : reconduites, réquisitions de fonctionnaires de police, ouverture de CRA,… Ne pourrait-on pas utiliser cet argent pour l’intégration ?

Fermer les frontières n’a aucune incidence sur les flux migratoires si ce n’est de les faire fortement grimper. Dans les périodes de durcissement des politiques publiques (comme par exemple en 1974 avec la circulaire Marcellin Fontanet). Bien au contraire, cette politique a pour conséquence la création de situations irrégulières.

Maintenir des étrangers en situation irrégulière permet à des patrons français peu scrupuleux d’embaucher plutôt que de délocaliser. C’est ce qu’on appelle le phénomène de délocalisation sur place.

Cette politique, à travers l’Obligation à Quitter le Territoire Français, créé des situations de personnes qui ne sont ni régularisables, ni expulsables (les Ni, Ni) car elle freine la libre circulation des individus. La politique de quotas ne fait qu’alimenter la Françafrique, incite des négociations imposées par la France et va évidemment dans le sens des intérêts de la France.
Face à cela, comment pouvons nous encore affirmer que nous sommes le pays des droits de l’homme ? Notre rôle est de combattre le discours ambiant qui tend à considérer les immigrés comme des délinquants. C’est notre devoir à tous en tant que socialiste de rentrer en résistance, de s’engager au quotidien, dans les associations, dans les réseaux, dans les comités de soutien aux personnes aux migrants. La lutte contre la politique inhumaine de la droite a besoin de militants qui s’engagent dans le quotidien des migrants. C’est de la responsabilité de chacun de ne pas laisser faire.

Internationaliste par essence, nous considérons indispensable de prendre en compte les réalités mondiales. Nous voulons une politique d’immigration qui intègre la citoyenneté de résidence. Etre citoyen de sa cité n’est pas lié à la nationalité, nous devons permettre l’accès aux droits à tous les étrangers. Nous devons aussi faciliter l’accès à la nationalité de ceux qui le souhaitent.


Aussi, nous prônons la libre circulation des individus et souhaitons mener une politique d’immigration qui prenne en compte les difficultés économiques, sociales, environnementales des autres pays. Considérant que les comportements consuméristes des pays développés ne sont pas sans lien avec la pauvreté de certains pays, il est temps d’imaginer une politique de co-développement au service des citoyens du monde.

 Source : MJS76

 

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 15:05

Depuis sa création au mois de septembre 2008, , vous êtes nombreux à venir régulièrement nous rendre visite.


Cet article est déjà le 200e, en effet l’actualité politique ne manque pas. Nous nous efforçons à alimenter ce support de façon régulière et à répondre le plus à ton attente.


Nous continuerons à te proposer divers articles qui tendent à coller le plus à l’actualité.


Nous remercions la fédération PS (plus particulièrement Dominique) pour nous avoir mis à disposition ce support.

Amitié Socialiste


L’équipe fédérale du MJS76

782b460a4641818cb6d7d54c15ce3464.jpg
Source : MJS76
Partager cet article
Repost0
30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 12:32

 

Au mois de décembre se tiendra à Copenhague le Sommet de l’ONU sur le climat. Confrontés au péril climatique, les dirigeants du monde entier devront se rassembler autour d’un projet politique mondial pour donner une suite au protocole de Kyoto qui soit à la hauteur des enjeux que nous allons devoir tous ensemble affronter dans les décennies à venir.


Signez l'appel de Copenhague ! ICI

 

Source : MJS76

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 06:29

timthumb.php.pngDe Kyoto à Copenhague


Kyoto, c’est un symbole: une crise planétaire, le dérèglement climatique, qui oblige les états à fixer des règles environnementales, en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). Le but de cette réduction, c’est d’éviter le réchauffement de la planète, la fonte des glaciers, la désertification ou l’inondation de certaines zones, à l’issue de processus millénaires qui sont fortement aggravés par l’activité humaine et menace l’home en tant que tel. Les changements climatiques créent de nombreux désordres : déplacement des personnes cherchant refuge, cyclones, inondations, vague de froid et de chaleur, migration d’espèces tropicales se déplaçant vers des zones tempérées. Les catastrophes naturelles se multiplient et avec les dégâts humains et matériels dont les premières victimes sont, à l’instar de ce qu’a montré l’ouragan Katrina en 2005, les plus démunis. Dès lors, le but de cette réduction serait d’éviter un réchauffement global supérieur à 2°C des températures moyennes en limitant la concentration des GES à 450 parties par million (430 aujourd’hui et elle augmente de 2 ppm par an!).

 

 


Cette démarche a démarré en 1992 avec la réunion d’une convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique. Le protocole de Kyoto est né en décembre 1997. Dans ce protocole, 38 pays industrialisés dits de l’annexe 1 sont tenus de réduire leurs émissions de 5,2% (alors que l’Union Européenne proposait 15%) par rapport au niveau de 1990, d’ici 2012 ! Cette réduction doit être assurée par des programmes nationaux (ex. programme européen depuis 2000), des mécanismes de flexibilité qui permettent de réduire le coût des adaptations: mécanismes de développement propre (MDP), mise en œuvre conjointe (MOC) ou encore marché international des droits d’émission, et enfin des mécanismes de contrôle.


Cet ensemble de règles est très précis, les projets de taxe n’ont pas été consensuels. Certaines questions ont fait débat: les objectifs, mais aussi les moyens tels que la notion de « puits de carbone » (prise en compte des surfaces agricoles et forestières), ou encore la non-prise en compte des transports maritimes et aériens (65% d’augmentation depuis 1990 pour 4 à 9% du total des rejets) dans le calcul des émissions.
Le bilan? Des avancées minimes! Les pays de l’annexe 1 n’ont diminué leurs émissions que 2,8%, bien en deca des objectifs de Kyoto, et cette baisse est plus dûe au déclin de l’économie du bloc soviétique qu’aux efforts des états. Des fonds ont été mis en place par les pays de l’annexe 1 pour aider les pays à s’adapter. Seul un tiers du fonds prévu pour les pays les moins avancés a été constitué. 2% des MDP « mécanismes de développement propre » sont utilisés comme fonds d’adaptation, mais aucune instance n’a été désignée pour administrer ces fonds qui n’ont pu être utilisés. Ces fonds, par ailleurs, produiraient au plus 200 millions de dollars d’ici 2012 alors que des dizaines de milliards seraient nécessaires selon la banque mondiale pour financer ces adaptations.


Depuis le sommet climatique de Kyoto, le dérèglement climatique s’est accentué et accéléré avec le développement des pays émergents. La demande mondiale d’énergie a été multipliée par 2 depuis 1990. Les objectifs de Kyoto n’ont pas été respectés, il aurait fallu que les pays industrialisés réduisent massivement leurs émissions et qu’ils aident tout aussi massivement les pays en voie de développement. Des questions doivent être tranchées: quels critères pour l’utilisation des fonds d’adaptation? Quelle gestion des « puits de carbone » alors que la déforestation est aujourd’hui responsable de 18 à 25% des émissions? À travers ces questions, il est évident que le protocole de Kyoto ne doit pas être prolongé, mais qu’il faut définir un cadre plus contraignant, notamment pour les pays du nord et l’utilisation des mécanismes d’adaptation.


Copenhague ou COP15


COP15 pour 15ème « Conference of the Parties » est la conférence de l’ONU qui se tiendra du 7 au 18 décembre 2009. Elle clôture toute une série de réunions, groupes de travail, conférences afin de donner une suite au protocole de Kyoto et de répondre à ces questions :
Quels objectifs de réduction d’émissions de GES et pour quels pays?


Quels mécanismes pour atteindre ces objectifs?


L’un des enjeux de Copenhague est de trouver un accord sur les réductions de GES.
Etant les principaux producteurs de GES (55% de la production mondiale), l’accord pour être efficace, doit forcément se faire avec la Chine, les USA et l’Europe. La Chine n’est pas très motivée pour signer un quelconque accord. En effet, elle estime (à juste titre) qu’environ la moitié de sa production de GES est due aux exportations de biens manufacturés, produits pour d’autres pays ! La seule solution serait que l’Europe et les USA montrent l’exemple en s’engageant sur d’ambitieux objectifs. L’Europe peut être considérée comme un bon élève de la lutte contre les changements climatiques comparée aux USA au regard des objectifs affirmés. Cependant elle n’a pas réussi à atteindre les objectifs de Kyoto : elle est un moins mauvais élève. Elle a adopté l’objectif 20-20-20 : 20% de réductions de GES, 20% d’énergie renouvelable et 20% d’efficacité énergétique. L’objectif de 20% de diminution des GES est certes plus ambitieux que ceux qui sont affirmés par les autres pays industrialisés mais ne respecte pas l’objectif de diminution de 25 à 40 % que recommande le GIEC. De surcroît, l’UE n’a pas assorti l’objectif du 20-20-20 du cadre réglementaire, de sanction en cas de non-respect, et du budget pour le réaliser. Le Président Obama bien qu’initiant un tournant par rapport à la politique de GW Bush est incapable d’engager les changements nécessaires. Il a, par exemple, proposé une diminution de 17% par rapport à 2005, ce qui équivaut à moins de 5% par rapport à 1990 qui est le critère de référence du GIEC.
L’enjeu de Copenhague est d’imposer au USA une réduction significative des GES, d’encourager l’Europe à continuer ses efforts et de convaincre la Chine de leurs sincérité afin qu’elle s’engage aussi dans un processus de lutte contre le changement climatique.
Il y a un risque de voir sortir de Copenhague des fausses solutions comme les biocarburants ou le nucléaire. Les biocarburants sont responsables de l’aggravation de la crise alimentaire par l’exploitation intensive de terrains réservés à des cultures vivrières. Comme l’a montré la visite de Kadhafi, Nicolas Sarkozy va tenter de promouvoir le nucléaire comme solution miracle à la crise énergétique. Un développement du parc nucléaire a pour risque l’épuisement des gisements d’uranium, mais surtout cette technologie n’a pas une empreinte écologique nulle (beaucoup de déchets à gérer pendant des siècles …). D’une manière générale, ce sont des mauvaises solutions car elles visent seulement à remplacer une énergie par une autre et non à un changement de comportement (transport en commun, efficacité énergétique).


Mobilisation


A l’heure actuelle, il existe 2 collectifs de mobilisation sur le sommet de Copenhague : Ultimatum Climatique et Urgence Climatique Justice Sociale.

Il est composé principalement de Greenpeace, Action contre la faim, Fondation Nicolas Hulot, Care et du secours catholique. L’objectif de ce collectif est d’alerter la population sur les conséquences des changements climatiques et son message est un appel à Nicolas Sarkozy à « prendre la tête » du combat contre ces changements lors de Copenhague. Cependant ce collectif refuse toute position partisane visant à proposer des changements de nos modèles de développement. C’est pourquoi le MJS est plus particulièrement investi au sein de UCJS (Urgence Climatique Justice Sociale)

Ce collectif va plus loin dans le message sur Copenhague. En plus d’alerter et mobiliser la population sur les risques des changements climatiques et les enjeux de Copenhague, il revendique un accord international ambitieux de réduction des émissions (correspondant aux objectifs préconisés par le GIEC), une justice climatique, avec notamment la reconnaissance de la dette écologique et des politiques radicales, alternatives et solidaires, du local au global (taxation internationales, sobriété énergétique, relocalisation et démocratisation de l’économie…). Il regroupe de nombreux syndicats (unef, sud…), organisations politiques (Jeunes verts, NPA jeune, PG …) ainsi que des associations (Attac, les amis de la terre, fac verte, utopia…).


Le MJS est un membre actif du collectif jeune et il est membre du collectif global. « Urgence Climatique, Justice Sociale » est intégrée au collectif européen « Climate Justice » qui réunit tous ceux qui refusent de dissocier la question écologique de la question sociale car les deux problématiques sont intrinsèquement liées.

 

Source : MJS76

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 00:05

article_sarko_drapeau.jpgAlors qu’en moyenne la dépense pendant la présidence tournante des chefs d’Etat, s’élève entre 70 et 80 millions d’euros, celle menée par Nicolas Sarkozy a coûté selon MEDIAPART 171 millions d'euros !
171 millions d’euros du 1er juillet au 31 décembre 2008 avec en point d’orgue le repas offert à 43 chefs d’Etats étrangers, lors du sommet de lancement de l’Union pour la Méditerranée) qui a coûté 1.010.256 euros.

 

Un rapport de la commission des finances pointe « la multiplication et le coût parfois élevé des opérations », le caractère « parfois dérogatoire, voire irrégulier, des procédures suivies » l’on apprend ainsi que le ballet diplomatique des 13 et 14 juillet pour l’Union pour la Méditerranée ayant permis au président, pour sa plus grande gloire, de réunir l’Israélien Ehoud OLMERT à la même table que le syrien Bachard EL-ASSAD aura coûté 16,6 millions d’euros.

« Les prestations requises pour la circonstance ont été considérables » écrit la cour des comptes qui note que le grand palais a été réaménagé du sol au plafond pour 3 heures de réunion. Et la cour d’évoquer l’installation de « huit salons d’entretiens bilatéraux (avec salle de douche attenante), 32 cabines d’interprétation, la climatisation d’un espace immense et complexe pour 300 personnes… ».

L’on apprend ainsi par exemple, une facture de 91.456 euros pour l’installation d’une éphémère moquette ou bien 136.895 euros pour le fond de la scène et encore 194.977 euros pour les jardinières et les 16 monolithes. L’auteur du rapport d’écrire : « il faut souligner que tous les aménagements en question ont été démontés dès le lendemain du sommet et n’ont pas été repris ou réutilisés par l’administration ».

Comme le dit Philippe SEGUIN « cet exemple illustre le fait que les coûts importants générés par la présidence française l’auront été sans aucun retour sur investissement, s’agissant d’équipement publics ».

En ces temps de crise, ces dépenses sont indécentes ! de plus si Sarkozy était un bon gestionnaire l'endettement de la France ne serait pas aussi considérable !

 

Source : MJS76

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 22:05

1249154973.jpg
Vous trouverez ICI les textes d'orientation proposés au vote des adhérents accompagnés de leur plan d'action national.

 

Ces différents textes feront l’objet d’une Assemblée Générale de débat :

Lundi 2 novembre à 20h au local PS/MJS 11, Rue Georges Braque 76600 LE HAVRE

Bonne lecture Camarade

Amitié Socialiste

L’équipe fédérale du MJS76

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 07:21

busing-01.jpg

Quelques semaines après la rentrée universitaire, les jeunes socialistes de seine maritime dénoncent l’agitation faite autour du dispositif dit du « busing ».


Cette pratique testée aux des Etats-Unis dans les années 70, qui consiste à transporter des enfants issus de quartiers scolairement difficiles pour les emmener dans des écoles « de centre ville », n’est qu’un un pis-aller face à une politique scolaire laissée à l’abandon et qui a fait une croix sur la réussite pour tous.

Face à l’absence de politique éducative de progrès, la secrétaire d’Etat a été obligée d’importer une méthode pourtant abandonnée outre-atlantique.
Au-delà de ce coup de communication à la méthode de « Neuilly sa mère ! », c’est un échec complet. Le « busing » était présenté comme l’une des mesures phares du plan espoir banlieues. Mais les chiffres ne parlent que de… 240 élèves concernés en France en 2008, guère plus en 2009. Maigre ambition pou run vaste plan banlieues …


Les jeunes socialistes espèrent que la secrétaire d’Etat va enfin s’engager dans une politique de la ville globale plutôt que dans des actions ponctuelles et inefficaces.

 

Source : MJS76

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 15:06

 

La semaine derniere avait lieu dans l'agglomération Rouennaise une manifestation de bon nombre de producteurs, agriculteurs et éleveurs hauts normands afin de protester de manière "choc" contre tout ce que subi leur secteur actuellement. Cette journée d'action fut placée sous le signe du mécontentement (comme lors de la manifestation de l'après-midi) mais également sous celui de la rencontre avec le consommateur. En effet, un grand "stand" fut installé place de la cathédrale afin de sensibiliser le consommateur sur les soucis que rencontrent les professionnels de ce secteur à l'heure actuelle.

 

Ce stand se composait de bon nombre de dégustations gratuites de fromages, viandes, saucisses, pommes, et lait du terroir Haut Normand. A côté de cela des panneaux indiquant les différentes denrées que fournissent ces professionnels et le tout dans le respect de l'écologie et pour satisfaire un marché de proximité.

A côté de cela, ces victimes de la politique (ultra) libérale franco européenne distribuaient des tracts et sensibilisaient les gens présents de manière à éveiller en eux une prise de conscience vis-à-vis de leur situation.


Il en est ressortit, celle des dangers et des limites de l'ultra libéralisme appliqués non seulement par N. Sarkozy mais aussi par Bruxelles.

En effet, un exemple, alors que les "grands producteurs internationaux" ont un droit d'entente du fait qu'ils sont en théorie dans la même société, les petits producteurs ne disposent pas de ce droit, et se voient assommés par bon nombre de restrictions en tout genre.
Face à tout cela, il est urgent de les soutenir, et tous ensemble, d'agir pour une politique agricole juste, équitable, dans le respect de l'environnement mais aussi de l'exploitant qui doit vivre de manière décente, car c'est grâce à lui si nous mangeons !

 

Source : MJS76

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 20:06

Dans l’objectif du congrès du MJS qui se déroulera le week-end du 20-21-22 novembre à Grenoble, tu trouveras ICI le règlement intérieur du congrès.


Même si toutes listes de délégués peuvent être déposées 48H avant le vote, cependant dès maintenant nous appelons les adhérents qui souhaitent participer au congrès à ce manifester au plus vite afin de préparer au mieux ce dernier (contact : mjs.seinemaritime@gmail.com ).

Amitié Socialiste

L’équipe fédérale du MJS76

 

Source : MJS76

Partager cet article
Repost0