Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 06:08

sarkozy-interview-france-4.jpg

 

Source : Sarkostique

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 18:45

violences-a-grenoble-et-a-saint-aignan-l039echec-d-copie-1.pngBenoît Hamon a évoqué les événements particulièrement violents qui ont eu lieu ce weekend. Les épisodes de Saint-Aignan et de Grenoble sont choquants. Ils démontrent que le gouvernement est totalement débordé dans sa lutte contre l’insécurité et marquent l’échec de la politique manichéenne exercée par Nicolas Sarkozy.

Les socialistes eux, assument la complexité : il y a des réponses en termes de service public, d’éducation, de politique familiale, de prévention, mais aussi en terme de répression et de justice.

Benoît Hamon est ainsi revenu sur la suppression de la police de proximité et sur la diminution des effectifs de police notamment à Grenoble depuis 2002, où les effectifs de polices ont diminué de 120 unités alors que le développement de la délinquance s’est multiplié. Sur le terrain, ce sont désormais le GIPN, le raid, des blindés et des hélicoptères qui interviennent dans les quartiers.

Il est clair que la surenchère permanente n'est pas la bonne réponse. Pour les socialistes, c'est l’abandon par la droite de toute ambition en matière de politique de la ville et de territorialisation de la police qui conduit à cet échec.

 

 

 

Source : PS

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 12:39

retraite.jpgNous sommes le 20 juillet. C’est aujourd’hui que le projet de loi sur les retraites sera soumis à l’examen de la commission des affaires sociales à l’Assemblée Nationale. Le 20 juillet, c’est-à-dire à peine dix jours avant la fin de la session extraordinaire. Un fin calcul politique de la part du gouvernement qui a engagé la procédure accélérée pour faire passer cette réforme quand le souffle de la mobilisation sera en partie ramolli par la torpeur estivale. On se souvient que la réforme Balladur est passée par décret en plein mois d’août en 1993 et que plus généralement la période estivale est choisie pour les mauvais coups comme par exemple les déremboursements répétés des médicaments. Le calendrier des débats se superpose en effet avec les vacances scolaires et coupe en deux les discussions qui reprendront à la rentrée, 7 septembre. En tout, cinquante petites heures de discussions sont octroyées pour un débat extrêmement large et, faut-il le préciser, qui ne fait pas l’objet d’un consensus.

 

Source : Christophe Bouillon

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 06:35

logo-handicap.1230973911.jpg

 

 Lors de sa campagne électorale, notre valeureux président de la république, Nicolas Sarkozy, avait annoncé une revalorisation de l'Allocation Adulte Handicapé (AAH) de 25 % le temps de son quinquennat.

Dans le cadre de la non rigueur engagée par l'État, François Baroin, le ministre du budget et de ses réformes, annonçait début juillet une baisse de cette revalorisation à 3 % au lieu des 4,5 % initialement prévus.

Qu'est-ce que l'A A H ?

C'est une allocation versée par la CAF aux personnes en état de handicap dans l'impossibilité de travailler ou ne percevant pas suffisamment de revenus pour survivre. Elle est actuellement fixée à un plafond maximum de 696 euros mensuels.
L'année prochaine, elle sera augmentée de 21 € plutôt que 31 €.

En gros, c'est le RMI du handicapé.
 
Qu'en est-il de notre président ?

Il se dit précurseur sans équivalent de la revalorisation de cette allocation à un tel taux.

Faux :
L'AAH a déjà connu une valorisation bien plus importante.
Le président de la république était Valéry Giscard d'Estaing, le premier ministre était Jacques Chirac (pas inconnu avec la seconde loi de février 2005), la ministre de la santé était Madame Simone Veil (respect).

Qu'ont-ils fait ? ils l'ont simplement créée en 1975.

À ceci on peut ajouter un écart sans précédent par rapport au SMIC.
Le montant de l'AAH était de 68,7 % du SMIC en 1990.
En 2008 il est tombé à 61,3 % du SMIC.

Ce que dit François Baroin ?

L'objectif initial de la revalorisation à 25 % sur cinq ans n'est pas abandonné, il sera reporté d'un an supplémentaire jusqu'en 2013.

Faux :
La revalorisation est bafouée, les promesses du président ne sont pas tenues, les exclus de la vie vivront toujours sous le seuil de pauvreté, les 1,5 % manquants seront-ils supplémentés à l'augmentation du coût de la vie ?

Quels sont les propos d'un expert ?

Selon Bertrand Nouel, avocat expert honoraire de la fondation IFRAP, les associations d'handicapés se plaignent à tort pour les raisons suivantes :

- L'AAH se cumule avec la majoration pour la vie autonome (101 €)

Faux :
cette majoration ne s'applique qu'en cas de logement locatif indépendant pour le maintien à domicile.
Si, faute de moyens, la personne réside chez un ami ou un proche, elle ne touche rien

- Elle se cumule avec le complément de ressources (166 €)

Faux :
mêmes conditions que précédemment, ces deux aides ne sont pas cumulables.

- Les bénéficiaires de l'AAH peuvent prétendre à la CMU à sa complémentaire et à l'aide complémentaire santé.

Faux :
L'AAH est volontairement légèrement supérieure au seuil permettant d'obtenir la CMU et ses compléments. Le site de la sécurité sociale le précise en toutes lettres.

- Cet expert précise qu'il y a aussi la PCH (prestation compensation handicap).

Faux :
La PCH sert à financer un fauteuil roulant (par exemple) ou des aides à domicile pour les gestes essentiels de la vie courante. La personne handicapée ne perçoit pas 1 euro.

Il ajoute que la seule augmentation de 3 % représente un coût de 180 millions d'euros.

Stop à l'intox :
Selon le Figaro, le coût du bouclier fiscal s'élève à 578 millions d'euros en 2009.

Ça pourrait multiplier par 3,2 l'augmentation de l'AAH.

Le Figaro surenchérit en ajoutant que 100 contribuables ont capté à eux seuls plus du tiers du coût du bouclier fiscal

 

Source : Hern

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2010 3 21 /07 /juillet /2010 17:45

combatre-l-exterme-droite.png11,7%. C’est le score du Front national aux dernières élections régionales. Plus révélateur, celui-ci était en capacité de se maintenir dans 12 régions. La victoire de la gauche lors de ce scrutin ne doit certainement pas nous faire oublier qu’en période de crise profonde, la tentation du repli sur soi et du rejet de l’autre, s’en retrouve exacerbé.

Le 9 mai dernier a été un succès pour l’extrême droite radicale, où un conglomérat hétéroclite s’était donné rendez-vous à la Madeleine.

Ce « 9 mai » a reçu le soutien de plusieurs partis et associations de la scène nationaliste. En tête, la Nouvelle droite populaire (NDP) de Robert Spieler et Roland Hélie. La NDP rassemble des anciens du Parti des forces nouvelles (PFN) passés par le Front national. Ils sont en opposition ouverte avec la ligne politique de Marine Le Pen. Lors des dernières élections régionales, ils ont lancé par ailleurs les listes « non aux minarets ».

Lorsqu’elle s’exprime, cette droite extrême revêt plusieurs visages tous aussi dangereux les uns que les autres. Si l’actualité récente témoigne de l’existence de groupuscules religieux traditionalistes particulièrement violents, menant une véritable guérilla contre la démocratie ; l’extrême droite se révèle tous les jours à travers le racisme, la xénophobie, le nationalisme poussé à outrance, l’homophobie…

Ce phénomène, loin d’être franco-français, touche toute l’Europe, où l’extrême droite ne cesse de progresser électoralement et de se « moderniser » en mariant protectionnisme nationale, discours prétendument social, acceptation formelle du jeu démocratique, xénophobie et autoritarisme…

Chez les jeunes, la tentative de recréation du GUD en mars dernier est la preuve que l’extrême droite gagne du terrain. Des groupuscules fascisant se construisent avec la jeunesse, constituant parfois de véritables bandes armées évoluant sur le terreau de la terreur de la misère, du rejet de l’immigré, du chômage des jeunes, de la peur de l’autre.

La gauche, et particulièrement la famille socialiste, ne doit pas laisser pour compte ce véritable combat. Combat contre les idées reçues, les tentations communautaires, qu’un certain nombre d’individus exploitent à des fins électoralistes. Plutôt que de rejeter, dénigrer ou faire preuve de mépris, nous devons plus que jamais apporter des grilles de lectures, pour permettre à tous de comprendre que le rejet de l’autre ne serait jamais une solution pour répondre à la crise ; l’école et l’éducation populaire jouent ainsi un rôle essentiel. Nous devrons toujours faire preuve d’intransigeance lorsqu’un ministre de la République injurie publiquement toute une partie de la population, à tel point que la justice le condamne pour injure à caractère racial.

Aujourd’hui, on ne peut clamer la mort de la droite radicale, loin de n’être plus qu’un mauvais souvenir, elle évolue, elle progresse et s’adapte, en étant notamment très présente sur Internet : blogs, campagne de renouvellement de la présidence du FN.

C’est pourquoi le Mouvement des Jeunes Socialistes réaffirme, dans le cadre d’Ecosy et de ses campagnes nationales, son engagement pour un réel travail de fond sur la montée de l’extrême droite en Europe et à utiliser tous les moyens nécessaires pour la combattre.

A l’aube de 2012, le MJS s’engage à faire de ce sujet un combat identitaire.

 

Source : MJS

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2010 3 21 /07 /juillet /2010 12:53

Laissons parler la calomnie à la mode Sarkozy et abonnons nous tous à MEDIAPART. Un site qui fait honneur au mot journalisme, intégrité et intelligence.

 

 

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2010 3 21 /07 /juillet /2010 06:50

 

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 17:14

le-droit-aux-vacances.pngLa question des vacances et du droit qui en découle se placent dans la société du temps libéré, liée au bonheur et à l’émancipation des citoyens. Ce droit aux vacances est constitutif de l’histoire de la gauche. Il est de la responsabilité collective de mettre en œuvre les politiques d’aide au départ, sous l’impulsion de l’Etat.

Ce droit, pourtant inscrit dans la loi, est aujourd’hui bien malmené si l’on en juge par le nombre toujours croissant des « sans vacances ». Au moins un tiers des citoyens français ne partent pas en vacances chaque année et l’Observatoire des vacances et des loisirs des enfants et des jeunes, l’OVLEJ estime à trois millions le nombre d’enfants ne partant pas en vacances.

En 1936, après les grandes grèves et les accords de Matignon, le gouvernement du Front Populaire adopte des mesures sociales allant dans le sens de l’émancipation des citoyens : semaine de 40h, congés payés. Le sous secrétaire d’état aux sports et aux loisirs, Léo Lagrange instaure une réduction de 40% sur les billets de train pour les ouvriers et leurs familles, ainsi qu’un « billet populaire de congé annuel » offert à 600000 personnes dès l’été 1936. L’objectif étant de démocratiser les loisirs, activités jugées aussi indispensables que le travail.

Les citoyens qui ne partent pas en vacances sont aujourd’hui souvent ceux des classes populaires qui ne bénéficient ni des aides associatives ou publiques, et n’ont pas de comité d’entreprise qui leur permettrait d’accéder à des offres de vacances à moindre frais.

Ainsi, en France aujourd’hui, les vacances sont trop liées au statut même de l’individu alors qu’elles devraient être un droit pour tous, sans distinction.

Il est temps de reconquérir ce droit par la mise en place de mesures concrètes afin de créer les conditions de l’émancipation de tous les citoyens. De plus, il faut permettre aux familles de pouvoir accéder à de vraies vacances. Ces moments sont des instants où tous les membres d’une même famille peuvent se retrouver ensemble et construire une cohésion sociale.

Il faut repenser le système des chèques vacances. L’extension de ce système à tous les salariés doit devenir la norme, avec la mise en place de comité d’entreprises territoriaux. Adossé à ce chèque vacances, la mise en place d’un nouveau « billet SNCF de congé annuel » permettrait à toutes les familles de bénéficier du transport ferroviaire, moins polluant que la voiture afin de partir en vacances à moindre frais.

Enfin, il s’agit aussi de repenser le temps passé sur place et pas simplement le moyen de se rendre en vacances. L’état a depuis trop longtemps déjà négligé les lieux de vacances sous son contrôle et les aides qu’il octroie aux associations d’éducation populaires qui pourtant accueillent chaque année des milliers de jeunes. Il faut que l’état apporte une aide massive et des moyens logistiques en aidant par exemple les communes à maintenir un camping municipal de qualité, ou en mettant en valeur les camps de vacances organisés notamment par des fédérations d’éducation populaire.

« Nous voulons que l’ouvrier, le paysan et le chômeur trouvent dans le loisir la joie de vivre et le sens de la dignité » écrivait Léo Lagrange en 1936. Il est de notre devoir de reprendre cette phrase pour porter ce droit aux vacances pour tous, et militer pour favoriser les dispositifs locaux de loisirs non marchands. Cela est d’autant plus important dans les secteurs ruraux. En effet, garantir un droit aux vacances, c’est également assurer la pérennité voire le développement d’un territoire rural, dès lors que le centre d’accueil ne fonctionne pas en « circuit fermé ».

 

Source : MJS

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 12:47

 

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 06:59

airfranceone-212x300.jpgCommuniqué de presse du Mouvement des Jeunes Socialistes du Nord

Alors que l’état-UMP est aujourd’hui empêtré dans les affaires Woerth et de Karachi, alors le fisc rembourse un chèque de 30 millions d’euros à Madame Bettencourt, et que M. Sarkozy plaide la rigueur en s’offrant des avions à 176 000 SMIC, Mr Baroin, ministre du Budget, prétend faire des économies sur le dos des plus fragiles et des plus démunis.

Après les franchises médicales, la hausse du forfait hospitalier et les déremboursements de médicaments, Mr Baroin décide de ralentir l’augmentation de l’aide prévu pour les personnes handicapées. Le gouvernement croît surement que les personnes handicapées dans notre pays ont de quoi de payer 12 000 de cigares, des villas sur la Côte d’Azur et des jet-privés pour partir en vacances.

Il s’attaque aussi aux jeunes, en leur demandant de choisir entre la demi-part fiscale et l’aide personnalisée au logement. Cette mesure touchera en priorité ceux d’entre nous issus des classes les plus modestes, déjà premières victimes de la hausse du chômage. Elle va à rebours d’une politique ambitieuse pour notre pays et pour ses jeunesses, à l’encontre d’une politique visant à faciliter l’insertion de chacun dans notre société. Fadela Amara semble loger sa famille dans son logement de fonction, François Baroin veut mettre des milliers d’étudiants à la rue.

Face à un gouvernement qui a visiblement choisi de gouverner contre l’intérêt général, au profit d’une minorité de privilégiés et avec le soutien actif de celle-ci, nous ne céderons pas : nous combattrons ces mesures qui ne font que mettre en difficultés les plus défavorisés et les les plus fragiles de nos concitoyens, sans apporter de solution sérieuse et juste à la question bien réelle des déficits publics.

L’objectif et le symbole sont clairs : il s’agit de faire payer aux jeunes les plus démunis et aux handicapés le prix d’une crise qui n’est pas la leur, plutôt que de toucher aux revenus des plus riches, pourtant scandaleusement enrichis par la politique menée depuis 8 ans par la droite.

 

Source : mjs59

Partager cet article
Repost0