Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 12:25
Partager cet article
Repost0
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 06:22

article_besson.jpgL'UMP continue de préparer les élections législatives de 2012.

Après l'ex-garde des Sceaux, Rachida Dati, qui devrait être investie par le parti présidentiel à Paris, c'est au tour du ministre de l'Industrie, Eric Besson, d'être parachuté dans la capitale.

Selon un écho du Journal du Dimanche, Nicolas Sarkozy a refusé d'accorder à Eric Besson une circonscription des Français à l'étranger (celle du Maghreb).

Le président de la République préfère voir son ministre à Paris.

"J’ai trois propositions de circonscriptions. C’est le chef (Nicolas Sarkozy) qui décidera le meilleur endroit", déclare Eric Besson.

Quel avenir pour Eric Besson si Sarkozy perd en 2012 ?

Après être passé de la droit du PS à la droite de l'UMP, celui-ci est-il encore crédible ?

A gauche, il est grillé et à droite il peut paraître comme une pièce rapporté.

L'après Sarkozy risque d'être dur pour l'ancien socialiste qui rappelons nous avait pourtant écrit début 2007 un réquisitoire à charge contre le candidat de l'UMP : "inquiétantes ruptures de M.Sarkozy" .

 

Source : Hern

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 16:47

fond monétaire européenLes 28 et 29 octobre derniers, les dirigeants des pays membres de l’union européenne, ont ouvert la voie à une révision du traité de Lisbonne. Cette révision, à l’initiative du couple franco-allemand, vise à créer un filet de sécurité permanent pour les pays de l’Union monétaire qui se retrouveraient en grande difficulté, comme la Grèce au printemps dernier.

Actuellement, comme l’a rappelé le tribunal constitutionnel allemand de Karlsruhe en déclarant le plan de sauvetage de la Grèce contraire au traité, si les articles 126-128 du traité de Lisbonne permettent d’aider un pays ne faisant pas partie de l’Union monétaire, ils n’autorisent pas l’aide aux pays faisant partie de la zone euro.

Cette révision du traité s’accompagnerait d’un renforcement des sanctions à l’encontre des pays ne respectant pas les critères de stabilité budgétaire, exigence formulée par Angela Merkel pour donner son accord à la création d’un Fond de soutien permanent aux pays de l’Union monétaire qui rencontreraient de grandes difficultés. Ces sanctions pourraient s’appliquer bien avant qu’un pays ait dépassé le plafond européen de déficit public de 3% du PIB, si l’évolution de son déficit est jugée trop dangereuse, et, pour la première fois, aux pays dont la dette dépasse 60%. Les sanctions prévues seraient la privation de certaines subventions européennes, et la contrainte d’effectuer un dépôt bancaire bloqué.

Si l’on peut se réjouir de la mise en place de ce pas en avant qui va dans le sens de la solidarité entre les pays membres, et permettra à l’UE de mieux résister aux crises financières à venir, nous nous réjouissons également du rejet de la proposition de Mme Merkel d’imposer des sanctions politiques aux pays laxistes, en les privant de droit de vote. Nous déplorons par contre, que la mise en place de ce filet de sécurité ne soit qu’une mesure à employer en cas d’urgence, et qu’en amont ne soit prévue qu’une politique de sanction à l’égard des pays les plus fragiles, au lieu d’un accompagnement vers plus de stabilité.

Nous ne saurions considérer l’Union européenne comme un « club de riches », dont les membres les plus fragiles seraient privés de leurs droits, et sanctionnés au lieu d’être soutenus dans leur objectif de respecter le pacte de stabilité. Au contraire nous nous associons à l’idée d’union des valeurs de développement conjoint et solidaire de tous ses membres. Nous, jeunes socialistes, considérons que ces révisions sont nécessaires, et permettent de créer un instrument avec les mécanismes de type Fonds monétaire européen que nous avons appelés de nos vœux.
En effet, nous souhaitons la mise en place d’une réelle gestion démocratique de l’économie de la zone euro afin de permettre une meilleur cohésion économique et sociale, qui passerait notamment par la création d’un Fond monétaire européen, contrôle par le parlement européen, et qui permettrait à l’Europe de se passer du FMI et de régler elle-même ses problèmes. Le FME serait doté d’une fonction de contrôle et de surveillance des finances publiques, et le pouvoir de mettre en place et de superviser des programmes d’aide aux pays en difficulté.
Conscients qu’on ne peut se contenter de réagir dans l’urgence, nous appelons à la mise d’une vraie politique de développement à l’échelle de l’Europe. Actuellement, la Banque Centrale Européenne se contente de réguler l’inflation ce qui est insuffisant. Nous souhaitons donc que lui soient assignés des objectifs de croissance et d’emploi, tandis que la Banque européenne d’investissement doit devenir un véritable outil de soutien à l’économie européenne.

Parce que pour nous, Jeunes socialistes, l’Union européenne représente avant tout un projet, une ambition, un idéal de paix et de coopération, nous souhaitons vivement rappeler notre attachement à une Europe politique et sociale porteuse d’avenir.

 

Source : MJS

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 15:56

Interrogé par Europe 1, Benoît Hamon, porte-parole du PS, a réagi à la deuxième condamnation du ministre de l'Intérieur, estimant qu'«il y a maintenant trop de faits qui s'accumulent autour de la personne de Brice Hortefeux pour qu'il puisse sereinement rester ministre et exercer sa fonction».

 

 

 

«L'idée que je me fais de la morale en politique, c'est que quand on est condamné comme ça, on doit démissionner» a-t-il précisé. Avant de rappeler qu'il «n'a pas été condamné pour n'importe quoi mais pour injure raciste et violation de la présomption d'innocence».

Alors qu'«auparavant, il y avait une jurisprudence qui voulait qu'un ministre mis en examen démissionne», «aujourd'hui, on peut être ministre de l'Intérieur, et deux fois condamné, et être probablement inamovible à ce gouvernement» a-t-il constaté. «Il y a là une conception de la République irréprochable par ce gouvernement qui pose problème» a-t-il conclu.

 

Source : PS

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 12:15

l-euro-est-en-grand-danger.jpgLe secrétaire national à la coordination, Harlem Désir, a appelé jeudi 16 décembre les dirigeants européens à «changer radicalement d'approche», sinon «l'euro est en grand danger».

«Les hésitations et les atermoiements ont créé le doute sur la volonté politique des Etats de sauver tout membre de la famille en difficulté quoi qu'il arrive et donc de sauver l'euro», a indiqué Harlem Désir dans un communiqué titré «Sauver l'euro ? Sauver l'Europe !».
 
Euro en grand danger
«Si les dirigeants européens ne se décident pas à changer radicalement d'approche, et qu'ils continuent à jouer à courte vue, l'euro est en grand danger», met en garde le secrétaire national à la coordination.
 
«Sauver les banques et les Etats en faillite au coup par coup ne suffira pas à sauver l'Europe», Harlem Désir, qui plaide pour des «changements profonds dans la régulation des marchés financiers et du système bancaire», notamment par "une forte coordination économique" et «l'ambition de réaliser ensemble de grands projets communs dans des domaines d'avenir».
 
Propositions des socialistes européens
Les socialistes européens ont avancé plusieurs propositions, notamment «la création d'une taxe sur les transactions financières internationales», «toujours bloquée au sein du Conseil comme du Parlement européen».

Rappelant leur idée de «lancer des emprunts européens, euro-bonds ou euro-obligations», il estime également que «cette mutualisation économique serait un signe politique de la volonté des européens de neutraliser le jeu des marchés contre les Etats».
 
«Les dirigeants des Etats membres doivent faire preuve de courage, de détermination et d'une conviction renouvelée pour défendre l'Europe, à l'image des pères fondateurs de l'Union, et de la génération des Kohl, Mitterrand et Delors», estime enfin Harlem Désir.

 

Source : PS

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 13:33

Etant en charge de l'animation du blog du MJS Pointe de Caux j'ai eu le plaisir ce week-end de retravailler sur la newsletter de ce blog.

 

Voici le résultat que je souhaite partager avec vous :

 

newsletter-image.JPG

 

 

Pour la voir plus en détails clic sur l'image ou ICI.

 

N'hésitez pas à me laisser des commentaires si vous souhaitez vous inscrire a cette newsletter.

 

A bientôt

 

Aurelinfo

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 13:07

COPE_UMP_LANCAR.jpg Dessin signé Chimulus

 

Ça chauffe chez les Jeunes UMP.

Depuis que Jean-François Copé a pris la tête du parti en novembre 2011, son think tank jeunesse Génération France Jeune menace les Jeunes Pop. Benjamin Lancar pourrait en faire les frais.

Menacés par les baby Copé, les Jeunes pop ? Si dans les deux camps on clame haut et fort qu'« il n'y a pas de concurrence », en marge des réunions des deux mouvements, les langues se délient. Quand les uns accusent Lancar d'avoir « fondé son propre fan club », les autres refusent que le think tank parle au nom du parti.

Benjamin Lancar a rendu vraiment ridicule l'UMP ces derniers mois.

Il a fait jouer de nombreux responsables de la majorité dans un lip-dub d'anthologie, qui a condamné le mouvement conservateur à payer plus de 30 000 euros pour avoir utilisé sans autorisation la chanson "Tous ceux qui veulent changer le monde", le tout en pleine polémique sur HADOPI.

Il s'est aussi fait taper sur les doigts pour s'être plus qu'un peu trop lâché sur Beur FM.

Sans compter de nombreuses bourdes comme cette soirée avec alcool pour mineurs organisée juste après le vote de la loi Bachelot réprimant la vente de boissons alcoolisées pour les moins de 18 ans.

Pour l'UMP, il serait certainement mieux qu'on l'entende moins, par contre pour la gauche c'est du pain béni !  

 

Source : Hern

 

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 11:13

conseil-constitutionnel-sages-reforme-territoriale-300x143.jpgLa décision du Conseil constitutionnel relative à la loi de réforme des collectivités territoriales souligne la tentative de manipulation électorale par le gouvernement. Suite à sa saisine par les parlementaires socialistes, le Conseil Constitutionnel a statué le 9 décembre sur la loi de réforme des collectivités territoriales.
 
Le Parti socialiste se félicite de cette décision par laquelle les sages ont censuré l’article 6 de la loi ainsi que le tableau annexé qui fixe le nombre de conseillers territoriaux par départements, jugeant que les écarts trop importants de représentation dans six départements portaient atteinte au principe d’égalité devant le suffrage.

Le Conseil valide donc notre analyse. Le gouvernement a tenté, avec cette réforme, de procéder à une lamentable opération de tripatouillage électoral. Le Conseil l’a légitimement rappelé à l’ordre. Pour le reste, le rendez-vous est dans les urnes. La réforme du gouvernement procède à une véritable recentralisation et menace d’étranglement financier les collectivités territoriales.

Le Parti socialiste continue la lutte sur le terrain politique et appelle les Français à se mobiliser en mars prochain, à l’occasion des élections cantonales, pour exprimer leur rejet de cette réforme et des orientations voulues par Sarkozy.

Le Parti Socialiste, fidèle à l’héritage républicain, propose un nouvel acte de la décentralisation. Il rappelle qu’il abrogera cette contre-réforme des collectivités territoriales dès son retour aux responsabilités et mettra en œuvre une grande réforme de progrès, qui permettra aux collectivités d’être consolidés pour agir au service de la solidarité, de l’emploi, du développement économique et de l’aménagement du territoire. Une réforme qui permettra à la démocratie d’être étendue et aux services publics locaux d’être renforcés.

 

Source : ps76

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 06:53

sncf-train-desinvestissement-246x300.jpgLa décision de la Cour d’appel de Paris de contraindre la SNCF à indemniser un passager en raison de son retard vient rappeler, une nouvelle fois, le mauvais état des infrastructures ferroviaires en France.

Mauvais état, déjà souligné cette semaine par le ministre des Transports lorsqu’il a évoqué la nécessité selon lui d’augmenter les prix des billets de trains face aux besoins urgents de rénovation du réseau ferroviaire français.   La régularité des lignes s’est sensiblement dégradée depuis plusieurs années. Or, plus de la moitié des retards sont aujourd’hui imputables à des problèmes d’infrastructures ou à du matériel défaillant, liés à un déficit d’investissements, dont la responsabilité incombe à l’Etat.

Le Parti Socialiste appelle à nouveau à la refonte complète du financement français et européen du secteur des transports, et à la mise en place d’un plan investissement d’urgence massif dans le ferroviaire, afin d’en faire l’instrument principal d’une mobilité durable - conforme à nos engagements internationaux en matière d’environnement et à nos objectifs de solidarité sur l’ensemble du territoire français.

 

Source : ps76

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 17:12

ump-fn.pngL'UMP a investi un ancien cadre du Front national (FN) pour les cantonales dans un quartier populaire de Perpignan.

Avec Jean-Louis de Noëll, encarté au Front national de 1995 à 1998, l'UMP espère ratisser à droite dans le canton ouvrier et cosmopolite du Bas-Vernet (9e canton de Perpignan). Sa suppléante, du Parti radical de Jean-Louis Borloo, se chargera de ratisser au centre.
M. de Noëll reconnaît avoir gardé au Front national des amis qu'il a connus quand il en était secrétaire départemental...

L'UMP se rapproche du FN, ce n'est pas une surprise, plusieurs députés UMP avaient déjà souhaité ce rapporochement. De plus, le gouvernement actuel applique une politique basée sur la peur de l'insécurité et les préjugés raciaux.

 

Source : Hern

Partager cet article
Repost0