Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 15:14
Partager cet article
Repost0
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 15:09

110607_TF1.jpgVoici sa déclaration officielle de candidature :

Le 28 juin prochain, je déposerai officiellement ma candidature aux Primaires du Parti socialiste qui doivent désigner celui ou celle qui sera notre candidat à l’élection présidentielle de 2012.
Si, jusqu’à très récemment, la candidature de Dominique Strauss-Kahn s’imposait, sa mise à l’écart exige un sursaut.
La réalité, aujourd’hui, est que je ne trouve pas, dans le paysage de mes contemporains, celui ou celle qui s’imposerait comme le plus fidèle garant d’une gauche moderne, populaire, juste et crédible aux yeux de tous.
C’est donc ce qui me pousse à reprendre ma marche en avant.

Les primaires qui vont s’ouvrir sont une opportunité exceptionnelle de remobiliser la gauche mais aussi, l’ensemble de la société française. C’est donc un immense honneur pour moi d’y participer.

Depuis deux ans, je sillonne le pays pour sonder ses attentes, ses aspirations, recueillir ses angoisses mais aussi ses élans, ses initiatives et ses espoirs.

J’ai vu une France affaiblie et souvent meurtrie par les morsures de la crise et du chômage. J’ai vu la souffrance des classes moyennes, des ouvriers et du monde paysan, une jeunesse inquiète pour son avenir, des retraités précarisés. J’ai vu des services publics fragilisés.
J’ai vu une France qui doutait parfois de ses capacités de rebond, une France qui désespérait de ses responsables politiques et économiques. Mais une France qui, malgré tout, continuait d’y croire, parfois sans même savoir pourquoi, ni comment. Malgré ces incroyables difficultés, j’ai été frappé par le refus de sombrer, le refus d’abandonner, le refus de se laisser aller.
Aujourd’hui, je veux porter cette force, je veux porter ces regards, ces voix qui disent « non », qui disent « il faut que cela change», qui disent « assez de Nicolas Sarkozy».

Si je suis candidat à l’élection présidentielle pour la gauche, c’est pour diriger ce pays. Pour orienter ses forces vives vers des projets partagés, relever ceux qui sont à terre et qui, pourtant, ne veulent pas lâcher.

La France est un pays magnifique, aimé, désiré, dans le monde entier pour son histoire, sa culture et sa langue. Encore aujourd’hui, des quatre coins du monde nous sommes un phare. Regardons le printemps arabe. Même libérés des dictatures, les peuples expriment leur désir de nous rejoindre. Certes, notre lumière a décliné, mais elle oriente encore, toujours, les âmes insoumises qui aspirent à la liberté et au droit au bonheur.
C’est pour cette raison que nous devons retrouver toute notre place dans le concert des nations en réaffirmant notre volontarisme dans le projet européen.

Je veux être un passeur. Le message que je porte ne m’appartient en rien, c’est celui de cette France de l’insoumission, c’est celui des Français qui aujourd’hui continuent d’espérer et de tenir la dragée haute aux difficultés.

C’est un message inconditionnellement optimiste. Optimiste dans sa fidélité au génie de la France, optimiste dans la capacité des Français à se dépasser, optimiste dans notre avenir commun. Qui d’autre que nous, peut miser sur notre avenir ? Qui d’autre que nous, peut prendre notre destin en main ? Qui d’autre que nous, peut mesurer nos forces et notre envie de changer la donne ?
Personne d’autre que nous. Nous, les Français héritiers d’une Nation qui n’appartient qu’à ceux qui la désirent et qui veulent en renforcer le génie.

C’est cette France sublime qui m’a accueilli, qui m’a adopté parmi les siens, lorsque j’en suis devenu le citoyen à l’âge de vingt ans. C’est cette France désormais fragile qui m’engage à tout lui rendre, à tout lui donner.

Je ne me sens pas responsable d’un quelconque fardeau qui pèserait sur mes épaules, mais habité par une conviction, par une envie et par une énergie. Habité par la conviction qu’il faut relever la France et qu’avec les Français nous le pouvons, habité par l’envie de porter leur message, habité par l’énergie de traduire les aspirations en actions.

Redresser un pays comme le nôtre, orienter ses forces vives, redonner la dignité à ceux que tout afflige, exige un nouvel élan, une énergie du changement sans précédent. Elle s’alimentera de l’expérience et de la volonté de chaque Français. La période qui s’ouvre à nous est exigeante mais elle doit mobiliser et galvaniser chacun. Le prochain chef de l’État devra donner l’impulsion pour que cette énergie se diffuse dans l’ensemble du corps social.

Rien ne sera facile, ni acquis. C’est pourquoi, je souhaite porter cette énergie dans la plus grande vérité. Je ne promettrai rien que la France et les Français ne pourront tenir pour eux-mêmes et pour les générations futures.
La politique a changé. Si hier, on pouvait promettre par d’obscurs petits arrangements avec les réalités, ce que l’on ne pouvait tenir, aujourd’hui, cette façon de se conduire a été balayée par la lumière aveuglante de la vérité. La situation de nos comptes publics et sociaux, le niveau de la dette, nous obligent à de la lucidité et à de la sagesse.

Mon combat est, justement, celui de l’avènement d’un discours de vérité. C’est aussi celui d’une réduction des injustices sociales et celui d’une efficacité économique, protectrice de l’environnement et vectrice de richesses, pas uniquement pour les puissants, mais pour chacun.
Je le mènerai avec l’exigence de représenter, non une nouvelle génération, mais de nouveaux visages, de nouvelles énergies et de nouveaux talents.
Maire d’une ville de banlieue, candidat de la gauche d’aujourd’hui, je le mènerai aussi en m’appuyant sur la longue expérience de terrain que j’ai acquise, avec la volonté de faire vivre ensemble les différences, avec la fermeté nécessaire pour rétablir l’ordre et avec pour horizon : une République en action, une laïcité forte et une Nation sereine.

Au lendemain de la plus grande crise financière du capitalisme, il faut comprendre que la richesse, le bonheur, ne peuvent plus se mesurer uniquement en termes monétaires…

L’Homme doit redevenir le cœur de l’action politique et citoyenne. Dans cette perspective, la gauche – qui devra se hisser à la hauteur des enjeux – possède les clefs du changement.

Cet effort considérable exige la participation de chaque femme et de chaque homme de ce pays. Alors que le président de la République actuel n’a cessé de diviser les Français, de les dresser les uns contre les autres, nous avons besoin d’encourager, de protéger et de développer toutes les énergies individuelles pour le bien être commun.

Dans cette perspective, je fixerai trois grandes priorités :

D’abord, l’école, la culture et la recherche qui chacune dans son domaine crée les énergies de demain et contribue à l’émancipation en faisant reculer les injustices et les déterminismes économiques et sociaux.
Ensuite, il s’agit de préserver ces énergies en assurant la sécurité de chacun. L’ordre retrouvé, la justice respectée, c’est la liberté pour tous les individus de pouvoir orienter leur action, non sur leur seule protection, mais vers l’autre.
Enfin, je veux libérer les énergies créatrices en concentrant les efforts sur la compétitivité de notre industrie et en assurant un climat favorable aux petites et moyennes entreprises qui, chaque jour, développent des projets et des initiatives bénéfiques pour le pays.

C’est en fixant ce cap, que les Français pourront redresser la tête, espérer et exercer pleinement la liberté de construire leur bonheur.

 

Source : Blog de Manuel Valls

Partager cet article
Repost0
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 15:06

Montebourg.jpgLa décrépitude du Parti Socialiste jusque et y compris au Congrès de Reims a confirmé les analyses du NPS, pourtant observées à l’époque avec condescendance. Qui peut dire que les combats d’hier n’étaient pas pertinents ? N’avions-nous pas vu l’écroulement idéologique de notre famille politique, son enlisement dans un entre-soi et ses manœuvres d’appareils ? Aujourd’hui, plus que jamais, après tant d’années d’immobilisme, de conservatisme et d’opportunisme, il faut faire naître une nouvelle offre politique.

L’installation, par Martine Aubry, au plus haut niveau du parti, d’un Secrétariat national à la Rénovation constitue une victoire pour nos convictions. Il nous a fallu dix ans pour faire admettre l’urgence du changement.

Nous sommes en train de réussir la conversion. Les primaires ouvertes et populaires sont un changement majeur qui va transformer l’ensemble du système politique français, bien au-delà du Parti socialiste. C’est une autre manière de s’adresser aux Français qui va s’imposer. Plutôt qu’un programme, rédigé dans les antichambres de la rue de Solferino, ce sera un projet conçu avec ceux à qui il est destiné : les Français. Ce sont eux qui, par leurs revendications, feront émerger leur candidat. Les primaires sonnent la fin des ententes entre éléphants et de la tyrannie des courants. Ces primaires seront celles du peuple retrouvé. Ce même peuple qui nous fit tant défaut le 21 avril 2002.

La gauche est restée trop longtemps vissée dans ses certitudes du passé. Le temps s’était en quelque sorte arrêté, la réflexion figée, les dirigeants immobilisés. Léon Blum disait : «Toute classe dirigeante qui ne peut maintenir sa cohésion qu’à la condition de ne pas agir, qui ne peut durer qu’à la condition de ne pas changer, qui n’est capable ni de s’adapter au cours des événements ni d’employer la force fraîche des générations montantes, est condamnée à disparaître de l’histoire». Nous aurions bien fait de nous en souvenir. A force de vouloir défendre et protéger nos acquis, nous avons oublié d’inventer les chemins qui mènent autre part. A force de ne parler qu’aux fonctionnaires et catégories socioprofessionnelles supérieures, nous sommes passés à côté de la réalité de la France. Faute d’idées neuves, la gauche gestionnaire est devenue co-responsable de la situation actuelle. Nos quelques victoires en trompe l’œil (régionales de 2004 et 2010, cantonales de 2011) servaient de cache-misère et nos électeurs votaient pour nous à contre cœur.

Avenir de transformateur

L’enjeu de 2012 est là.

Pour que ces élections ne soient pas celles du désenchantement, il ne faut plus faire croire au rafistolage d’un système qui ne fera que nous enfoncer : finance maîtresse du monde, Etats en faillite, impuissance publique, école en échec, destruction des ressources naturelles, mondialisation qui met en concurrence tous les travailleurs, rabote les salaires, étrille les protections sociales et confisque le pouvoir de choisir. Mais dans mon propre camp, on agit comme si ce système était réformable. «Soyons réalistes, on ne peut pas tout changer, soyons prudents, pas trop ambitieux, tout n’est pas à jeter, adaptons-nous à la mondialisation…», entend-on. Et l’on promet de rectifier le système à la marge, de prendre un peu ici pour donner un peu là.

Avec gravité, je pense au contraire que le système n’est plus réformable et que rien, sauf la transformation profonde et décisive, n’est au niveau des enjeux de 2012. Si la gauche continue de jouer avec les règles du jeu inventées par d’autres – des banquiers pour la finance, des productivistes pour le modèle de développement, des Jacobins pour le système politique, des libre-échangistes pour la mondialisation – elle sera balayée comme elle l’est partout en Europe. On aura beau promettre l’égalité, la justice sociale, une société apaisée, la défense de l’emploi, la préservation de la planète, on ne pourra tenir aucune de ces promesses car le système nous l’interdit. Alors, de faux espoirs en faux espoirs, la population s’abstient ou se jette dans les bras des marchands de sable. Combien de 21 avril faudra-t-il encore pour en prendre conscience ?

Mon projet pour la France est un antidote aux 21 avril en gestation, car c’est un projet de changement de système, pas de réformettes pour prolonger sa durée de vie. Le capitalisme coopératif pour transformer le système économique, les lois sécuritaires sur la finance et la spéculation pour briser la dictature des marchés, la démondialisation pour protéger le travail et mettre en œuvre un protectionnisme de mutation écologique, et la VIe République pour partager le pouvoir, sont la colonne vertébrale de la transformation que je propose, la seule capable de faire basculer la France à gauche.

 

Source : Section PS Perreux sur Marne

Partager cet article
Repost0
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 14:23

 

Partager cet article
Repost0
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 09:24

ig36Z.pngMartine Aubry n'est pas encore candidate aux primaires socialiste (la chose sera officielle à 11H30) mais elle possède déjà un site de campagne :  http://www.martineaubry.fr

Pas grand-chose pour le moment puisque son ouverture se ferace matin pour 11h30 mais un rendez-vous est déjà donné aux internautes, sur un compte Twitter et sur sa page Facebook pour sa candidature.

 

Source : Hern

Partager cet article
Repost0
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 06:34

 

 

Les député-e-s Annick Lepetit (PS) et Jacques-Alain Bénisti (UMP) étaient invités à débattre de la dépénalisation du cannabis dans la matinale de LCP Politique Matin.

Le principe de l’émission veut que le présentateur, Patrick Chêne, n’intervienne pas pendant ce débat. Le député de la majorité en a profité pour se laisser aller et déraper.

La dépénalisation du cannabis est la porte ouverte à toute autre forme de dépénalisation.

 

Source : Hern

Partager cet article
Repost0
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 10:21

BAC JMBlog

 

Source : JMBlog

Partager cet article
Repost0
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 10:19

Fete de la musique JMBlog

 

Source : JMBlog

Partager cet article
Repost0
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 10:13

Obama-sarkozy-meme-combat-tropicalBoy.jpg

 

Source : TropicalBoy

Partager cet article
Repost0
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 06:22

 

 

 

Du CDOP au vote des militants, la Seine-Maritime est, une fois de plus, exemplaire en terme de démocratie comme en terme d’organisation. En effet, avec un peu plus de 200 bureaux de vote qui seront bâtis pour les 9 et 16 octobre prochains, notre fédération, dans le peloton de tête des fédérations socialistes, a su répondre “présent” et mobiliser les forces pour que cet évènement démocratique soit des mieux organisés !

Cela n’étonnera pas quand on sait que la Fédération seinomarine est une Fédération avant tout militante (+ de 5.000 adh.) et qu’elle aime relever les défis. Or, celui des primaires en est un important. En effet, beaucoup de villes, presque la totalité des cantons, milieu rural ou urbain, le maillage territorial est large et les adhérents, les sympathisants de gauche répondent présents partout pour être à ce rendez-vous.

Imaginez : ce sont près de 1.400 personnes qui seront sur le pont les Dimanches 9 et 16 octobre prochains, de Rouen au Havre, de Dieppe à Elbeuf pour accueillir, tenir les listes, informer, comptabiliser les quelques euros récoltés (qui doivent aider au financement de l’ensemble), aiguiller en cas d’erreur de bureau etc.  C’est donc une véritable aventure citoyenne, militante et démocratique à laquelle chaque militant socialiste aura à coeur de répondre.

Alors qu’elle y travaille depuis septembre 2010, la Fédération de Seine-Maritime a mis en place plus régulièrement depuis janvier, un Comité Départemental pour l’Organisation des Primaires (CDOP) pendant du CNOP au plan national.

Placé sous l’autorité du premier secrétaire fédéral, Christophe Bouillon, il est composé au prorata des motions (selon règle proportionnelle du dernier Congrès du PS) et accompagné par des responsables fédéraux. Ainsi Charlotte Goujon pilote l’organisation, Hervé Bateux gère “‘les mobilisateurs 2012″, Alexandre Cherichi et Albert Lannes coiffent les formations des présidents de bureaux de vote (car il faut être rompus aux diverses actions à mener), Dominique Piednoel pilote la communication et Djoudé Mérabet en assure le suivi financier en tant que trésorier fédéral.

 

Source : ps76

Partager cet article
Repost0