Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 06:08

primaire-ps-socialiste-royal-hollande-aubry-baylet-valls-mo

Petit tour d'horizon des prises de positions des blogueurs de gauche pour la primaire socialiste des 9 et 16 octobre prochain :

 

Martine Aubry est soutenue parAbadinteCaptain HakaSlovarHernAurelinfo 

François Hollande est soutenu parVariaeJegounAlain Renaldini, et Philippe Méoule

Ségolène Royal est soutenue parJuan SarkofranceIntox 2007Gabale et RichardTrois

Arnaud Montebourg est soutenu par : Perdre la raisonGauche de CombatRimbus et Nouvel Hermes

Manuel Valls est soutenu par : Louis Lepioufle 

 


D'autres blogueurs n’ont pas arrêté leur choix (ou ne veulent pas) : Yann SavidanRomain BlachierCustin d’Astrée, et Vogelsong.

Partager cet article
Repost0
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 12:18

Lors du point presse hebdomadaire, Benoît Hamon est revenu sur la question du chômage qui a presque «disparu du débat public», à cause d'un débat saturé par l'austérité et la question de la dette et des déficits.

 

 

«On ne parle pas de ce qui concerne directement les Français comme les destructions d'emploi», a déclaré le porte-parole avec «un taux de chômage élevé, un chômage de longue durée de plus en plus fort, des travailleurs pauvres de plus en plus nombreux».

 

«C'est un des échecs les plus catastrophiques du gouvernement de François Fillon», a insisté Benoît Hamon, qui a également rappelé quelques chiffres :

- 36 000 chômeurs en plus de catégorie A au mois de juin 2011

- 4 120 000 chômeurs en plus (catégories A, B, C). Depuis que Nicolas Sarkozy  est arrivé au pouvoir, ce chiffre a augmenté de 896 500 demandeurs d'emploi de plus.

- 352 700 emplois détruits dans l'industrie.

- le taux d'emploi en CDI a reculé de 2 points, le taux le plus bas depuis 2003.

- l'intérim a augmenté de 9,8 % en 2010.

 

«Ce qui est préoccupant, c'est l'augmentation du travail des seniors, l'allongement de la durée du chômage et sur le front de l'emploi des jeunes rien ne s'améliore».

«Au regard des engagements qui étaient ceux du président de la République, nous sommes dans une situation particulièrement grave sur le front de l'emploi», a conclu Benoît Hamon.

Partager cet article
Repost0
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 10:53

Ségolène Royal échoue au second tour de l'élection présidentielle face à Nicolas Sarkozy. "Le suffrage universel a parlé. Je souhaite au prochain président de la République d'accomplir sa mission au service de tous les Français", déclare la socialiste quelques minutes après l'annonce des résultats. "Je remercie du fond du coeur les millions d'électeurs, de citoyens, de citoyennes, qui m'ont accordé leur confiance. Je mesure leur déception et leur peine. Mais je leur dis que quelque chose s'est levé, qui ne s'arrêtera pas. J'ai donné toutes mes forces et je continue avec vous, et près de vous", poursuit-elle.

 

"Ce que nous avons commencé ensemble, nous allons le continuer ensemble, promet-elle. Vous pouvez compter sur moi pour approfondir la rénovation de la gauche et la recherche de nouvelles convergences au-delà de ses frontières actuelles. C'est la condition de nos victoires futures. Je serai au rendez-vous de ce travail indispensable et j'assumerai la responsabilité qui m'incombe désormais. Mon engagement et ma vigilance seront sans faille au service de l'idéal qui nous a rassemblés et nous rassemble, et qui va, j'en suis sûre, nous rassembler demain pour d'autres victoires."

 

REGARDEZ le discours de Ségolène Royal :

 

Salle Gaveau, 20 h 33, Nicolas Sarkozy prend la parole. "Maintenant, c'est à mon tour de rendre à la France ce qu'elle m'a donné, lance-t-il. Les Français m'ont fait le plus grand honneur qui soit à mes yeux en me jugeant digne de présider la France", ajoute-t-il. 
"Ma pensée va à madame Royal, assure celui qui a obtenu 53,06 % des suffrages exprimés. Je veux lui dire que j'ai du respect pour elle et pour ses idées, dans lesquelles tant de Français se sont reconnus. Respecter madame Royal, c'est respecter les millions de Français qui ont voté pour elle." Et d'ajouter : "Par-delà le combat politique, par-delà les divergences d'opinion, il n'y a pour moi qu'une seule France. Ce n'est pas la victoire d'une France contre une autre. Il n'y a qu'une seule victoire, celle de la démocratie." 
Nicolas Sarkozy prendra ses fonctions le 16 mai 2007.
REGARDEZ le discours de victoire de Nicolas Sarkozy au soir du 6 mai 2007 :

Source : Le Point

Partager cet article
Repost0
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 10:50

le-debat-presidentielles-2007-297134-png_182529.PNG

e débat entre les deux candidats qualifiés pour le second tour est des plus intenses.

 

REGARDEZ les moments forts du débat de l'entre-deux-tours de 2007 entre Royal et Sarkozy : ICI

 

 

Source : Le Point

Partager cet article
Repost0
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 10:48

debat-royal-bayrou-299241-png_182524.PNG

François Bayrou est éliminé de la course à la présidentielle. Arrivé en troisième position, le centriste accepte de débattre avec Ségolène Royal dans l'entre-deux-tours. Du jamais-vu dans une campagne pour le poste suprême.

 

REGARDEZ le débat Royal-Bayrou :  ICI

 

Source : Le Point

Partager cet article
Repost0
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 10:40

En Cliquant sur l'image ; retrouve l'ensemble des candidats engagés en 2007.

293559-jpg_182386.jpg

 

Source : Le Point

Partager cet article
Repost0
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 10:37

En cliquant sur cette image retrouve tout les résultats département par département :

 

Carte-france-rsltat.jpg

 

Source : Le Point

Partager cet article
Repost0
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 06:31

carte-2007.png

 

Nouvelle catégorie "C'était en 2007" pour se raffraichir la mémoire à la veille de l'éléction présidentielle de 2012.

 

Source : le Point

Partager cet article
Repost0
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 08:07

Benoît Hamon, porte-parole du Parti socialiste, est revenu sur le déroulement de l'université d'été. Plus de 5 000 personnes étaient ce week-end à la Rochelle afin d'assister à la rentrée politique du parti socialiste.

 

 

l est revenu lors du point presse sur l'unité du parti durant tout le week-end, à l'encontre des attaques de Jean-François Copé au grand jury RTL. Benoît Hamon a opposé à l'unité des socialistes, l'impossibilité d'union au sein de la droite.

 

La Rochelle s’est bien passée. Nous avons eu un moment d’unité. "Cette image d’unité, elle est impossible à l’UMP, ils ne la réussiront ni à Nice ni à Marseille. Impossible de réunir Monsieur Bertrand, Monsieur Copé, Monsieur Fillon ensemble. »

 

« Le souvenir que je garde de la Rochelle, c’est celle d’une compétition et elle aura lieu et forcément, comme dans toute compétitions il y a des moments de différenciation mais pendant trois jours, vous avez eu 5000 militants, autant d’occasion de mesurer si le climat était à l’invective, aux huées. Ca n’a jamais été le cas. Dans aucune des tables rondes, pas dans un seul atelier, dans aucune séance plénière. Il y aura des moments de débats francs, mais l’unité n’est pas factice, elle se réalisera au lendemain même des primaires et que si Monsieur Copé était capable de réaliser l’équivalent, qu’il le fasse. »

Partager cet article
Repost0
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 06:26

abaca-375871-jpg_245530.JPG

Un peu plus d'un mois après sa victoire à la primaire d'Europe Écologie-Les Verts (EELV), la petite dame aux lunettes rouges est (enfin) intronisée par son parti. Samedi après-midi, dans la chaleur étouffante d'un gymnase clermontois, Eva Joly prononce le discours de clôture de l'université d'été d'EELV, l'occasion d'en dire un petit peu plus sur la candidate qu'elle sera. "Je suis une candidate à la présidence de la République, fière de porter les idées de notre maison commune, EELV. Je suis aussi une candidate préoccupée par les conséquences de la crise financière la plus grave depuis la guerre." 

 

Joly schématise l'évolution du parti qu'elle prétend incarner : le passage du statut de "lanceur d'alertes" à celui de "porteur de solutions". Un changement que l'eurodéputé Yannick Jadot, son porte-parole, expliquait ainsi un peu plus tôt dans la journée : "On n'est plus au temps de René Dumont qui s'affiche avec un verre d'eau... Les préoccupations environnementales sont connues aujourd'hui. Ça fait quelques années que les Verts sont passés au temps des solutions. On veut mettre en avant les politiques que l'on maîtrise : sur les affaires étrangères, l'éducation, la santé."

 

Joly, ferme sur la sortie du nucléaire

 

Vendredi, lors d'une conférence de presse consacrée à la crise de la dette, Joly se définissait déjà comme une candidate écologiste "ancrée dans la réalité économique". Jean-Vincent Placé, vice-président de la région Ile-de-France, jugeait, le même jour, en marge des journées : "La crise nous oblige à nous hisser à un certain niveau de responsabilités, à faire oublier l'image des écolos plantes vertes."

 

Tout au long de cette université d'été, Joly a ainsi mis en avant le thème de la crise financière, à sa sauce : la lutte contre les paradis fiscaux, le refus de l'austérité pour tous et l'augmentation assumée des impôts notamment, comme un pied de nez au Parti socialiste. Yannick Jadot : "Sur les paradis fiscaux, cela n'a rien d'un consensus. Sarkozy l'a promis. Mais Eva peut, elle a même la crédibilité, la possibilité, de par son expérience, de montrer que la lutte contre les paradis fiscaux est gérable." Joly n'aura pourtant pas oublié de marquer sa détermination sur le plan écologique, avec une position ferme et remarquée sur un sujet-clé : "Il n'y aura pas d'écologiste dans un gouvernement qui n'engage pas la sortie du nucléaire."

 

"Ne la normalisons pas" (Daniel Cohn-Bendit)

 

Eva Joly a beau se tenir éloignée des polémiques depuis sa sortie très controversée sur le défilé du 14 Juillet, il n'empêche qu'une partie des membres d'Europe Écologie est minée par les inquiétudes. Faut-il personnaliser la campagne présidentielle ? La ligne officielle est très claire : l'objectif de la campagne est d'apporter des réponses "collectivement", derrière leur candidate. Cohn-Bendit dénonce une forme de naïveté : "Mais enfin ! On ne va pas élaborer collectivement le programme, soyons réalistes ! L'élection présidentielle, c'est une personne... Ne réitérons pas l'erreur qu'on a faite avec Voynet : l'enfermer dans un programme inaudible." Alors, il a beau appeler au retrait de la candidature écolo, Cohn Bendit juge qu'Europe Écologie a tout intérêt à assumer à 100 % la personnalité de sa candidate : "Ne la banalisons pas, ne la normalisons pas !" 

 

Même volonté d'assumer chez Noël Mamère, qui conseille Eva Joly. Samedi, il a introduit le discours de la candidate par un hommage sous le signe de l'humour : "On te reproche ton accent... [...] Eh bien, nous sommes fiers que tu aies un accent !" Et de poursuivre : "On dit de Joly qu'elle est intransigeante. Eh bien, tu portes des valeurs qui sont en faillite dans notre pays. On dit aussi que tu n'es pas une Verte historique. Alors, nous avons eu une formidable intelligence politique, lorsque avec Dany on a voulu créer une force politique qui dépassait les Verts..."

 

Source : Le Point

Partager cet article
Repost0