Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 13:06

14-03-20-sarkozy-herzog.jpg

 

Source : Placide

Partager cet article
Repost0
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 12:59

14-03-21-sarkozy-bruni.jpg

 

Source : Placide

Partager cet article
Repost0
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 12:49

Michel Sapin : « La cohérence est totale »

 

 

 

Michel Sapin, ministre des Finances et des comptes publics, s'est montré satisfait de sa collaboration à venir avec Arnaud Montebourg à Bercy. Il a affirmé qu'ensemble ils seraient « à l'offensive, dans un gouvernement cohérent » pour la réussite de la France.

Il s'est réjoui que le ministère des Finances et celui de l'Economie soient désormais séparés, comme cela était par exemple déjà le cas en Allemagne.

 

    Le ministre des Finances « parle à Bruxelles et s'assure de l'équilibre budgétaire »,

    Le ministre de l'Economie a comme responsabilité de redonner de la force à l'industrie qui permet au pays d'exporter et de créer de l'emploi.

 
Stéphane Le Foll : « Le seul enjeu, c'est réussir »

 

 

 

 

Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture et nouveau porte-parole du Gouvernement, a salué un « gouvernement compact » dont toute l'action sera « centrée sur les grands sujets qui concernent les Français ».

Il a dit la confiance qu'il portait à ce gouvernement renouvelé et au nouveau Premier ministre, Manuel Valls qui a été «un acteur essentiel de la campagne présidentielle ».

    Manuel Valls a cette énergie qu'il va mettre au service des Français.

    

Najat Vallaud-Belkacem : « Mon ministère est celui de l'égalité républicaine »


 

Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports a salué la composition du Gouvernement et le choix de personnes expérimentées qui sauront travailler sans attendre.

Elle a également rendu hommage au travail accompli depuis juin 2012 par les précédents gouvernements :

    C'est l'occasion pour moi de rendre hommage à Jean-Marc Ayrault et au travail considérable qui a été accompli avec beaucoup de forces, avec beaucoup d'honnêteté aussi.

Quant à son ministère, elle a affirmé qu'il était celui de « l'égalité républicaine : égalité entre les femmes et les hommes, égalité entre les générations, égalité entre les quartiers, les territoires ».

 
Marisol Touraine : « L'enjeu de ce remaniement était d'avoir davantage de force, de combativité »

 

 

 



Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, a également expliqué que l'enjeu de ce remaniement était d'avoir une équipe resserrée pour avoir encore plus « de force, de combativité ».

C'est, selon elle, ce qui a guidé le choix du président de la République et du Premier ministre lorsqu'ils ont nommé « des personnes expérimentées ».

    Un Gouvernement de combat, ce doit être un Gouvernement de conquête. De conquête pour les Français, de conquête pour la France. Nous devons répondre aux exigences, sociales notamment, que les Français ont exprimé.

 

Source : PS

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 15:12

Europennes-2014-Claude-Roiron-Nord-Ouest-624x336.jpgPour la première fois, le prochain président de la Commission européenne sera l’émanation directe de la majorité au Parlement européen issue du scrutin du 25 mai.

Ce changement est une occasion historique de tourner la page d’une décennie perdue qui a vu les droites européennes abîmer l’Europe et précariser les Européens.

Proposition après proposition, cette plate-forme citoyenne est l’occasion pour chacun d’entre nous de prendre position, d’interpeller Martin Schulz et les candidats du Parti socialiste européen.

C’est le moment de dire notre Europe, de choisir l’Europe que nous voulons, sans délai, mais aussi celle dont vous ne voulons plus, l’Europe des conservateurs, et celle dont vous ne voulons surtout pas, l’Europe des nationaux populistes.

Faites entendre votre voix, soutenez les propositions et relayez-les auprès de vos amis ! [clic]

Le 25 mai prochain, chaque voix comptera pour obtenir une majorité de gauche au Parlement européen.

Le 25 mai, en un seul jour et un seul tour, donnons un nouveau sens à l’Europe !

 

Source : PS76

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 15:10

Bouillon-Edito-Septembre-2013-624x336.jpg

Premier Secrétaire Fédéral

du Parti Socialiste de Seine-Maritime, Christophe Bouillon a tiré les premiers enseignements des résultats issus des deux tours des élections municipales. Un vrai message de découragement et de colère s’est exprimé.

En Seine-Maritime, sur 51 villes de plus de 3.500 habitants, 7 basculent : 6 à Droite dont 2 ou 3 retrouvent une situation identique à l’avant 2008 et 1 à gauche, Saint Valery en Caux.
Notons que si le Parti Socialiste était présent dans toutes les communes de plus de 3.500 habitants ce n’était pas le cas de la droite UMP-UDI absente à Elbeuf, Petit-Quevilly, Malaunay, St Pierre-lès-Elbeuf etc.

Dans les conditions difficiles que l’on connait, pour les socialistes seinomarins, c’est le témoignage d’une résistance par un travail de proximité et, le plus souvent, de rassemblement.

Les défaites sont très largement dues à une forte abstention de l’électorat de gauche.

Nulle part, il n’y a eu de vote d’adhésion à droite. L’exemple de Montivilliers montre que le jeune socialiste Jérôme Dubost (première campagne) au terme d’un travail remarquable, d’une action incessante de terrain, n’enregistre qu’une poignée de voix de retard face à une figure de l’UMP. On est donc loin d’un raz de marée pour la droite.

De son côté, le FN (présent dans 20 villes au premier tour puis 8 au second) se tasse, la grande percée n’ayant pas eu lieu.

Le Premier Secrétaire Fédéral du Parti Socialiste de Seine-Maritime rappelle que le sens du collectif doit vite redevenir une règle.


En effet, les contextes de désunion et de dispersion à gauche ont rendu encore plus difficiles des situations déjà ballottées par le vote sanction national.

Christophe Bouillon adresse à l’ensemble des candidats ayant défendu les valeurs de la gauche un message de remerciement pour des campagnes menées avec dignité, ferveur et combativité. Demain, d’autres combats importants attendent l’ensemble des élus et militants socialistes. En situation majoritaire, ils mettront en œuvre les programmes que leurs concitoyens ont approuvés ; en situation d’opposition, ils seront des remparts contre toutes dérives, nul ne peut en douter.

L’avertissement a été entendu.

Les électeurs n’ont pas jugé le bilan ou le travail d’un élu local. Ils avaient besoin qu’on s’adresse à eux. Ils ont exprimé une impatience quant aux mesures prises, notamment sur le terrain économique, et qui doivent porter plus rapidement leurs fruits. Un gouvernement nouveau devrait donc permettre de porter une parole renouvelée avec la certitude que les décisions prises doivent être mieux expliquées.

 

Source : PS76

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 14:35
Partager cet article
Repost0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 12:31

valls-ayrault-2550315-jpg_2191507.JPG

L'exécutif veut aller vite. La passation des pouvoirs entre Jean-Marc Ayrault et Manuel Valls aura lieu ce mardi, à 15 heures. Le nouveau Premier ministre français, apôtre du social libéralisme nommé dans l'urgence après la débâcle des élections municipales, composait mardi son gouvernement avec en tête la difficile équation imposée par François Hollande : concilier réduction des déficits et diminution des impôts sous l'oeil de Bruxelles. Le choix de l'ancien ministre socialiste de l'Intérieur, connu pour sa fermeté et son franc-parler, menace par ailleurs de faire voler en éclats la majorité présidentielle. Les écologistes, qui goûtent peu le profil de "socialiste de droite" de M. Valls, ont en effet prévenu qu'ils ne participeraient pas au gouvernement si leur demande de changement de cap politique n'était pas entendue.

À 51 ans, Manuel Valls va prendre ses quartiers à Matignon après une cérémonie de passation des pouvoirs dans l'après-midi avec Jean-Marc Ayrault. L'annonce de la composition du gouvernement doit intervenir avant un conseil des ministres présidé mercredi ou jeudi par François Hollande. Le chef de l'État a nommé lundi M. Valls à la tête d'un "gouvernement de combat" pour mettre en oeuvre le pacte de responsabilité, pierre angulaire de sa politique économique qui prévoit une baisse des charges des entreprises pour relancer l'emploi. M. Hollande a souligné que son nouveau Premier ministre aurait la difficile mission de "convaincre" la Commission européenne d'être patiente et souple sur la maîtrise des déficits alors que la politique de rigueur mise en place par les socialistes contribue largement à leur impopularité.
Bras de fer avec les écologistes

La feuille de route du nouveau gouvernement a tout de la quadrature du cercle puisqu'il s'agira de concilier réduction du déficit public et diminution des impôts. L'exécutif prévoit en effet une baisse de 30 milliards d'euros des charges pour les entreprises dans le cadre du pacte de responsabilité et une baisse des cotisations salariales dans le cadre d'un pacte de "solidarité". Il a également évoqué une diminution des impôts pour les Français d'ici à 2017. Le président avait annoncé en janvier 50 milliards d'euros d'économies d'ici à 2017, qui doivent être détaillés en avril, Paris devant transmettre à la fin du mois à la Commission européenne son programme de stabilité actualisé. Mardi, le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, a prévenu le nouveau Premier ministre qu'il devait continuer les réformes pour réduire le déficit budgétaire et renforcer la compétitivité du pays. Il faut "s'en tenir aux objectifs budgétaires et travailler à des réformes", a-t-il indiqué.

Les spéculations allaient bon train mardi sur les personnalités en vue pour les postes-clés du nouveau gouvernement. Parmi les entrants est cité le nom de Ségolène Royal, candidate à la présidentielle de 2007 et ex-compagne du président, peut-être pour prendre un ministère élargi de l'Éducation. Un fidèle de M. Hollande, François Rebsamen, pourrait s'occuper de l'Intérieur, un poste qu'il souhaitait en 2012. Laurent Fabius était en général donné comme reconduit aux Affaires étrangères. Parallèlement, un bras de fer s'est engagé entre écologistes et socialistes sur l'avenir de la majorité de gauche née en 2012 après la défaite présidentielle de Nicolas Sarkozy.

Les deux ministres écologistes sortants ont déjà annoncé qu'ils ne participeraient pas à l'équipe de Manuel Valls et la question se pose plus globalement du soutien des députés écologistes au gouvernement. En cas - hypothèse extrême - de leur départ de la majorité, les socialistes conserveraient certes la majorité à l'Assemblée nationale, mais un nouveau foyer de contestation s'ouvrirait pour le chef de l'État. "La personnalité de Manuel Valls pose question aux écologistes, c'est normal, sur la ligne politique qu'il peut mettre en oeuvre comme Premier ministre", a estimé François de Rugy, coprésident du groupe écologiste à l'Assemblée nationale. À quelques semaines du deuxième anniversaire de son entrée à l'Élysée et à deux mois d'élections européennes qui s'annoncent au moins aussi périlleuses pour la majorité, le président a aussi essuyé dimanche une défaite personnelle : sanction d'une impopularité record sous la Ve République, d'une crise de confiance symbolisée par la forte abstention des électeurs de gauche et d'une hausse du chômage qu'il ne parvient pas à juguler.

 

Source : Le Point

Partager cet article
Repost0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 12:26

duflot-jpg-2550366-jpg_2191688.JPGL'ex-ministre EELV Pascal Canfin a assuré mardi que sa collègue au gouvernement Cécile Duflot s'était vu proposer la place de numéro deux du gouvernement. Expliquant sur France Inter les raisons de leur refus à tous deux de rester ministres avec Manuel Valls à Matignon, le responsable écologiste a souligné qu'il n'y avait pas le "changement de cap" espéré par EELV. "Nous ne sommes pas au gouvernement pour être au gouvernement. Vous savez, Cécile Duflot, on lui a proposé la place de numéro deux du gouvernement, mais sans changer de ligne", a ajouté l'ancien ministre de la Coopération.

"Et donc nous aurions eu des responsabilités, des postes, mais pas de possibilité d'agir vraiment comme nous l'entendrions sur la ligne politique". "Cela lui a été proposé dans les minutes et les heures qui ont précédé la décision" sur le changement de Premier ministre, a dit M. Canfin, sans vouloir dire si c'était de M. Valls qu'émanait l'offre. Leur démission est "un acte politique fort et fondateur", a-t-il martelé. Il a par ailleurs assuré que le conseil fédéral d'Europe Écologie-Les Verts, réuni samedi prochain, prononcerait "une fin de non-recevoir" à une entrée d'un EELV dans un gouvernement dirigé par l'ex-ministre de l'Intérieur.

 

Source : Le Point

Partager cet article
Repost0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 12:23

hollande-valls-2550442-jpg_2191939.JPGLibération : "Le chef de l'État n'aura pas d'autre joker"

"Le président a tranché comme un chef. (...) Dans la stratégie présidentielle, Valls incarne, au fond, la cohérence et le professionnalisme qui ont manqué jusque-là. Sauf que le choix présidentiel a un revers sérieux. Il court le risque de fissurer une majorité déjà vacillante et de braquer un peu plus l'aile gauche du Parti socialiste. En nommant Manuel Valls à Matignon - et malgré la popularité de celui-ci -, il prend surtout à contre-pied un électorat qui lors des deux derniers dimanches a demandé plus de justice sociale que de libéralisme. Le nouveau Premier ministre va donc devoir convaincre. Convaincre les écologistes, les syndicats et une partie du PS qu'il est capable de mener une politique de gauche tout en intégrant les exigences patronales et européennes. Devant une telle équation, les premières décisions de Manuel Valls, à commencer par la composition de son gouvernement, donneront le ton de la deuxième partie du quinquennat de François Hollande. À trois ans de la présidentielle, le chef de l'État n'aura pas d'autre joker."
Le Figaro : "Son grand défi sera de convaincre ses amis"

"Si au passage [Manuel Valls] persuade François Hollande qu'une fiscalité confiscatoire entraîne la France vers le bas, il aura bien mérité de la patrie. Il n'est pas certain que cette disposition d'esprit suffise à le rendre populaire chez les électeurs de droite, qui n'ont pas oublié ses inquiétantes objurgations contre la Manif pour tous et la répression zélée de ses policiers. Mais, après tout, plaire au camp d'en face n'est pas la priorité première d'un premier ministre. Son grand défi sera de convaincre ses amis, assommés par la déroute électorale, invités à assumer la rigueur et priés de ne pas se plaindre. Mission impossible ? On pense à Mitterrand répondant à Chaban-Delmas après son discours sur la Nouvelle Société : Quand je vous regarde, je ne doute pas de votre sincérité, mais quand je regarde votre majorité, je doute de votre réussite."
Le Monde : "Hollande [doit] mettre en oeuvre puis amplifier les réformes"

"(...) Le verdict des municipales l'oblige à réagir s'il ne veut pas donner au pays le sentiment qu'il est sourd à son message et hypothéquer gravement la suite de son mandat. Mais dans les pires conditions, tant ses marges de manoeuvre sont étroites. D'ici à la fin du mois d'avril, il s'est engagé à mettre en oeuvre le pacte de responsabilité (pour aider les entreprises à améliorer leur compétitivité) et à concrétiser un programme de désendettement et d'économies budgétaires d'une cinquantaine de milliards d'euros en trois ans. Or c'est précisément ce dispositif que non seulement le Front de gauche et le Front national, mais aussi la gauche du PS et les écologistes, c'est-à-dire des pans significatifs de sa propre majorité, lui réclament désormais de différer ou d'abandonner. Le chef de l'État ne saurait céder à ces sirènes, changer de cap ou de calendrier sans mettre en péril ce qui lui reste de crédit à Bruxelles, sur les marchés financiers et, au bout du compte, dans le pays. La seule issue responsable qui s'offre à François Hollande est de mettre en oeuvre puis amplifier les réformes visant à assurer un redressement économique. Quelle que soit l'équipe gouvernementale dont il s'entoure."
La Croix : "À la question d'un changement de politique, une réponse nette"

Au terme d'une journée fébrile à l'Élysée, Jean-Marc Ayrault et son gouvernement ont démissionné. Et Manuel Valls qui en rêvait va s'installer à Matignon. Ces annonces sont intervenues avant même l'allocution télévisée du chef de l'État, hier soir, qui tentait de tirer les leçons de la défaite infligée à la gauche au pouvoir lors des municipales. Ce changement d'homme marque la volonté du président de la République d'envoyer un signal fort après une déroute électorale. Et à travers la nomination d'un homme d'autorité à Matignon, le désir de mettre un terme au débat, fort mal engagé, sur le cap économique du gouvernement. Dès dimanche soir, une part significative de la majorité, dont des responsables d'Europe Écologie-Les Verts, avait critiqué les orientations du "pacte de responsabilité". D'ailleurs, Cécile Duflot et Pascal Canfin ne feront pas partie de la nouvelle équipe. À cette question brutale d'un changement de politique, François Hollande a donné une réponse nette, hier soir."
Les Échos : "Du carré, mais au-delà ?..."

Il faut donc du carré, du maîtrisé, du pro. Manuel Valls a connu une ascension éclair depuis qu'il était conseiller en communication de Lionel Jospin de 1997 à 2001. Mais au moins peut-on le créditer de cela : il est organisé, méthodique, travailleur et expert en communication. Il sait réagir et trouver les mots, il l'a prouvé ces deux dernières années au ministère de l'Intérieur. Il sait gérer des crises, alimenter le débat public, et se trouve être l'un des rares ministres qui réfléchit en dehors de ses attributions, lectures à l'appui, à la crise de défiance qui secoue la politique. Mais au-delà ? Difficile à dire. Manuel Valls est un risque pour François Hollande parce que la preuve n'est pas faite qu'il sait avoir des résultats et mener des réformes. Il porte une étiquette économique plutôt libérale, mais au fond qu'en est-il ? Ces derniers jours, il semblait prêt à donner beaucoup de gages pour s'allier la gauche du parti. Manuel Valls est un risque parce qu'il n'est pas certain qu'il réussisse à redresser le pays, comme le souhaite François Hollande. Et le pire, c'est qu'il est aussi un risque s'il réussit trop bien."
L'Humanité : "Celui qui veut enterrer Jaurès"

"Le porte-parole des oligarques a eu gain de cause : François Hollande a nommé à Matignon l'ennemi des 35 heures, le partisan de la TVA sociale, celui qui stigmatisait les Roms... Le choix de Manuel Valls rassure la droite, inquiète la gauche et froisse des écologistes qui auront attendu cet ultime épisode pour prendre leurs distances. Il incarne le courant le plus à droite du Parti socialiste, celui qui voudrait enterrer une nouvelle fois Jaurès. Son arrivée confirme que François Hollande est malentendant, voire sourd au pays. Cette décision avait été précédée du ballet des commentateurs zélés qui s'emploient depuis hier soir à malaxer la sanction des urnes - incarnée par l'abstention de nombreux électeurs de gauche - pour lui faire prendre une forme acceptable par les marchés financiers. De bons apôtres expliquent doctement que les Français réclament plus de sacrifices, moins de services publics, moins de prestations sociales et de copieux cadeaux pour les ultrafortunés, tout cela énoncé avec la componction des grand-messes cathodiques et en se prétendant démocrates raffinés."
Le Midi libre : Valls "piégé par le président"

"François Hollande vient de tuer son meilleur ennemi. En nommant Manuel Valls à Matignon, le président de la République nous repasse le film de Mitterrand qui étouffe le populaire Rocard à partir de 1988. Comment comprendre ce choix ? Dans le timing, le nouveau Premier ministre va essuyer trois revers majeurs : les européennes le 25 mai, les sénatoriales en septembre et les régionales dans un an. Il y a mieux comme feuille de route pour commencer une carrière dans l'exécutif ! Piégé par le président, le fougueux Valls ne pouvait pas refuser, même s'il sait que le chemin qui le mène de la Place Beauvau à Matignon est pavé de grenades dégoupillées. François Hollande lui confie une mission schizophrénique : appliquer une politique sécuritaire qui va flatter un électorat de droite tout en cajolant les partenaires Verts de la majorité présidentielle. Un grand écart impossible à tenir. François Hollande prend donc un risque énorme. Celui d'essorer un nouveau Premier ministre en moins de dix-huit mois avec la perspective de rendez-vous électoraux glissants. Valls ne sera jamais aimé de la gauche et c'est une erreur politique d'avoir cru puiser dans le réservoir du "meilleur d'entre nous" pour donner le change. Le peuple de gauche attendait évidemment un autre signe. Dimanche, il était déçu. Il est aujourd'hui en colère."
Sud-Ouest : "un risque considérable"

"Il aurait pu faire comme son modèle corrézien, Jacques Chirac, qui n'avait jamais voulu nommer à Matignon Nicolas Sarkozy, ce rival potentiel. Il s'est finalement inspiré de son mentor socialiste, François Mitterrand, qui avait choisi de "lever l'hypothèque Rocard" et fait de celui-ci son Premier ministre. En nommant Manuel Valls à Matignon, François Hollande prend un risque considérable pour son propre avenir politique. Car de deux choses l'une. Ou Valls réussit et il devient un rival sérieux pour le président dans la perspective de 2017 ; ou il échoue et c'est le quinquennat qui part à vau-l'eau, avec au bout du chemin une défaite inéluctable. Mais François Hollande avait-il vraiment le choix ? Lourdement sanctionné aux élections municipales, il ne pouvait pas faire autrement que de sacrifier Jean-Marc Ayrault, dont on s'apercevra avec le recul qu'il ne manquait pourtant ni de constance, ni de convictions."
Le Courrier Picard : "un choix qui manque d'audace"

"Après cette débâcle de la gauche aux municipales, et à partir du moment où il choisissait la voie du remaniement gouvernemental, François Hollande avait le choix. Soit il écoutait le "peuple de gauche" qui s'est exprimé en se détournant des urnes. Soit il écoutait la France de droite qui a colorié la carte des grandes villes en bleu. Il a choisi la deuxième solution en confiant les clés de l'hôtel Matignon à Manuel Valls, jusqu'alors ministre de l'Intérieur. Ce choix mi-figue mi-raisin manque franchement d'audace. Très consensuel, il confortera une ligne tiède qui est celle de l'Élysée depuis mai 2012. Grâce aux primaires socialistes d'avant la présidentielle, on sait que Manuel Valls représente l'aile la plus centriste de la gauche. Grâce à son action au sein du gouvernement, on sait aussi qu'il en est le membre le plus populaire. Pas le plus aimé, en revanche, par les ministres plus à gauche ou écologistes. Ni Cécile Duflot ni Christiane Taubira ne partiraient en vacances avec celui qui ne fait pas ses 52 ans."
L'Alsace : "un cadeau empoisonné"

"(...) Le ministre de l'Intérieur, connu pour son dynamisme, va devoir revêtir la cape de Superman pour réussir. (...) le président de la République n'avait pas d'autre choix que celui de faire appel au plus populaire des socialistes. Manuel Valls est même apprécié d'une partie de l'électorat de droite. Le président leur adresse un signe d'apaisement. Il n'est pas sûr qu'une fois à Matignon, la cote d'amour du nouveau Premier ministre résiste longtemps à l'usure du pouvoir. Les élections européennes de mai s'annoncent redoutables de ce point de vue. En cas de défaite cinglante, Manuel Valls endossera sa part de l'échec. Le chef du "gouvernement de combat" voulu par François Hollande a des ambitions présidentielles, nul ne l'ignore. En acceptant le poste exposé de Premier ministre, il court le risque d'être à son tour usé jusqu'à la corde. Le président de la République ne peut avoir négligé cet aspect de l'histoire. Cette nomination a tout du cadeau empoisonné. En cas de réussite, le chef de l'État tirera les marrons du feu en 2017. En cas d'échec, il aura éliminé son principal concurrent à gauche, immolé comme son prédécesseur."
La Voix du Nord : à la recherche de "la formule magique"

"(...) En nommant le ministre de l'Intérieur à Matignon, François Hollande a choisi un homme à poigne, chargé de faire oublier très vite deux années de "couacs" incessants. Mais il ne lui laisse pas la bride sur le cou. Le nouveau locataire de Matignon va devoir suivre les strictes consignes présidentielles pour cette "nouvelle étape" du quinquennat. Il lui faudra trouver la formule magique d'un "pacte de solidarité" rééquilibrant en faveur des salariés le "pacte de compétitivité" négocié avec le patronat ; donner des gages aux écologistes dans la future loi sur la transition énergétique ; faire baisser les impôts des Français d'ici à 2017, sans oublier de convaincre l'Union européenne que l'austérité budgétaire ne peut plus être la seule réponse. De l'autorité, Manuel Valls va en avoir besoin pour étouffer les craquements dans la majorité parlementaire. Plus que la tête de Jean-Marc Ayrault, certains demandent maintenant la tête du "pacte de responsabilité" qui aurait fait fuir leurs électeurs. À première vue, Manuel Valls n'est pas le mieux placé pour mettre plus de social dans la sociale-démocratie hollandaise. Mais l'homme apprend vite et au lendemain d'une telle raclée électorale, quel député socialiste ou écologiste prendrait le risque de lui refuser la confiance et de provoquer une dissolution ?"
La Dépêche du Midi : "Il fallait frapper vite et fort"

"C'est un peu comme lorsqu'on appelle police secours. Il y avait urgence, il fallait frapper vite et fort. Ce sera Manuel Valls. Y avait-il d'ailleurs un autre choix ? L'intrépide ministre en rêvait, les élections l'ont précipité en un tournemain à la tête du gouvernement. Comme il l'ambitionnait depuis si longtemps, le voilà devant un destin national qui ressemble à une gageure : redresser un pouvoir ébranlé, renouer le dialogue avec des Français qui n'ont plus confiance, mettre au pli une majorité de gauche prête à ruer dans les brancards. En un mot : redonner une cohérence à l'action gouvernementale et une autorité à la parole politique. A-t-on suffisamment dit que le gouvernement précédent s'était usé durant près de deux ans en conciliabules et contradictions, en hésitations et en amateurisme ! Si elle veut redevenir un jour crédible, la nouvelle équipe devra en finir avec les ego surdimensionnés de certains qui les poussaient à exhiber leurs états d'âme, à se bousculer l'un l'autre, à contredire ce qui venait d'être dit, bref à sacrifier la cohésion pour un bon mot. Un temps révolu ? Travail, autorité, écoute, connaissance du terrain, ce sont les qualités requises pour les prochains ministres. Ils devront se montrer en tout point professionnels, et posséder en prime ce qu'on appelle le "sens de l'État". Bon courage, Manuel !"
La Montagne Centre-France : "Le pire de tous à l'exception de tous les autres"

"Fin de la Valls hésitation ! (...) Parce qu'on a le sentiment que c'est un peu Manuel Valls qui s'est nommé à Matignon, tant l'ex-ministre de l'Intérieur avait mis d'ardeur, depuis longtemps, à anticiper le remaniement et à se positionner. Si François Hollande a paru tergiverser jusqu'à la dernière minute, c'est qu'il ne connaît que trop les inconvénients d'un choix qui est le pire de tous à l'exception de tous les autres. Dans un contexte de traumatisme post-électoral, Manuel Valls disposait des meilleures armes. Voilà pourquoi, en dépit des risques, François Hollande a choisi Valls pour conduire un "gouvernement de combat" "resserré, cohérent, soudé". (...) Le "clivant" et renfrogné Manuel Valls va devoir consentir des efforts pour se montrer socialo-écolo-compatible. Et puis, après la constitution du gouvernement, promise à quelques soubresauts, il restera le plus dur à faire pour l'exécutif : s'assurer d'une majorité pour soutenir ce nouveau tournant de la vigueur !"
Ouest-France : "Le monsieur 5,63 %"

"Le ministre de l'Intérieur est nommé plus tôt que prévu et que souhaité. Un bail à Matignon, fut-ce à la tête d'un "gouvernement de combat", n'est pas le plus sûr moyen de préparer 2017. Mais pour François Hollande, ce peut être le moyen de mieux éroder la popularité d'un concurrent possible. Sera-t-il l'homme de la situation ? Méthodique, ferme et médiatique, le "Sarko de gauche", selon ses détracteurs, clive plus que Jean-Marc Ayrault. Sa personnalité, dans un régime en panne d'autorité, est un marqueur intéressant, mais qui peut devenir un inconvénient : le monsieur 5,63 % de la primaire devra rassembler la majorité."
La Charente libre : l'alliance du "chaud et du froid"

"Hollande a ainsi remanié Hollande. Au couple plan-plan qu'il formait avec Ayrault, le président a préféré céder à la tentation d'une cohabitation plus moderne avec Manuel Valls, presque à contrecoeur tant ce nouveau tandem allie le chaud et le froid, la glaçante détermination du président, la bouillante ambition du Premier ministre. Mais François Hollande n'avait plus le choix. La débâcle des municipales, la fronde de sa majorité, son impuissance à convaincre lui dictaient en urgence la promotion de ce possible rival. À tous les élus socialistes survivants du champ de bataille ou en sursis simple des prochains combats, Manuel Valls ne manquera pas de rappeler que leur sort commun est lié. À l'heure des pactes en tous genres, le contrat de confiance que Valls doit passer avec la majorité socialiste les engagera tous. La désertion annoncée des ministres verts, Duflot et Canfin, a réduit les marges. C'est à pied et à marche forcée que le PS devra monter au front pour soutenir un gouvernement resserré comme un pack et reconquérir un électorat populaire particulièrement sensible aux sirènes lepénistes et aux dimanches à la pêche. (...)"
Le Télégramme : Valls "plus malin" que Rocard ?

"Certes, le nouveau Premier ministre, qui se prononça pour le "non" au référendum européen de 2005 avant, par discipline, de mener campagne avec le PS pour le "oui", pourrait limiter les dégâts aux européennes, son premier test électoral. Mais sous le feu d'une UMP requinquée, qui a désigné comme cible cet impérieux social-libéral aux mèches bonapartistes, Valls risque de voir décliner sa popularité auprès du "peuple de droite". Va-t-il, pour autant, gagner la faveur du "peuple de gauche", lui qui martelait en vain : "Le ministre de l'Intérieur est de gauche" ? Cécile Duflot, les Verts et "la gauche de la gauche" ne cachent pas leur hostilité. Les amadouer, en entamant la "transition énergétique" et en créant vite des emplois, tout en rassurant Bruxelles par 50 milliards d'euros d'économies ? La mission assignée par le président de la République relève de l'impossible. Valls se souvient que Mitterrand nomma, en 1988, son rival, Rocard, à Matignon pour "lever l'hypothèque Rocard". Mais il se croit plus malin."
Le Journal de la Haute-Marne : L'"anti-Ayrault"

"L'option Valls s'est imposée presque naturellement, dans la mesure où les candidats ne se bousculaient pas au portillon de Matignon. Sa popularité a fait le reste. Le chef de l'État s'est aperçu, dans la douleur et le tumulte d'un naufrage électoral, qu'il lui fallait un anti-Ayrault, moins terne, plus incisif, plus impulsif même. Bref, c'était sa dernière cartouche. (...) D'une certaine manière, sa nomination fait penser à celle de Michel Rocard. Mitterrand l'avait nommé Premier ministre pour mieux le neutraliser et le laisser s'embourber dans l'action gouvernementale. Valls risque-t-il d'être rocardisé ? De facto, il est devenu le principal concurrent, à gauche, de l'actuel locataire de l'Élysée. L'ampleur des défis qui sont devant lui l'usera rapidement. Mais c'est le prix à payer pour ne pas attendre l'échéance présidentielle de 2022..."
Les Dernières Nouvelles d'Alsace : "Un désir d'accélération"

"(... ) L'ancien ministre de l'Intérieur irrite fortement la gauche du PS. À Matignon il sera plus clivant que son prédécesseur. Mais il incarne davantage le mouvement. Il a un tempérament de hussard et ne déteste pas jouer au tambour-major. Après vingt-deux mois d'un mandat qui a commencé par une pénible course de lenteur, c'est le signe d'une accélération. Ou plus exactement d'un désir d'accélération. La politique étant tributaire des symboles, François Hollande s'est empressé de détailler la route à parcourir avant même de pousser les feux. On change de chef de quart mais le cap social-démocrate est confirmé. Le contrat de responsabilité fait grincer, y compris au PS, mais il ne sera pas déchiré. On l'assortira néanmoins d'une certaine dose de justice sociale parce que sans politique sociale la gauche est comme un lapin de Pâques sans oeufs. Voilà pour l'habillage rhétorique censé ouvrir la seconde phase du quinquennat, celle qui doit sortir le PS et le pays de l'ornière, simultanément. Les deux ont partie liée. Dans le marasme ou dans le sursaut. Il n'y aura pas de nouvelle chance. Hollande le sait, Valls aussi."
Le Républicain lorrain : "Un lamentable aveu de faiblesse"

"Manuel Valls à Matignon, c'était le choix d'une majorité de Français et François Hollande s'y est rallié contraint et forcé. Les impitoyables sondages et l'ampleur du désastre électoral subi la veille lui ont dicté une décision qui, n'en doutons pas, lui coûte beaucoup. Devoir nommer Premier ministre un rival pétri d'ambition à la popularité très supérieure à la sienne est pour un président de la Ve République un lamentable aveu de faiblesse. François Hollande s'y est résigné alors même que ce choix ne correspond pas à l'attente des électeurs de gauche qui, dimanche, ont boudé les bulletins imprimés aux noms des candidats socialistes pour se réfugier dans la protestation. (...) La promotion de Valls à la tête du gouvernement de la phase II du quinquennat constitue un pari pour le chef de l'État et un camouflet pour tous ceux qui, parmi les socialistes et les Verts, réclamaient un changement de cap de la politique économique. (...) Le danger pour François Hollande, c'est de perdre définitivement le peu de soutien que lui accordent encore les catégories populaires. Pour l'impétueux Manuel Valls, il est de se consumer dans un poste qui a rarement réussi à ceux qui croyaient pouvoir en faire un tremplin pour l'Élysée."
L'Éclair des Pyrénées : "Hollande prend un risque personnel"

"(...) La reprise en mains appelait un geste fort. Ce sera la nomination de Manuel Valls comme nouveau Premier ministre. Ce faisant, le président de la République prend un fameux risque politique, ce qui n'est pas habituel chez lui. Mais il y avait le feu à la maison socialiste et Hollande ne pouvait pas rester les bras ballants. En confiant les clés de l'hôtel de Matignon à Manuel Valls, le chef de l'État prend d'abord un risque personnel. Celui qui était, jusqu'à hier le ministre de l'Intérieur a de grandes ambitions personnelles. Valls ne cache pas qu'il briguera, un jour ou l'autre, la présidence de la République. Peut-être même en 2017, contre François Hollande. Autre risque politique, Manuel Valls a beau être le plus populaire des socialistes, il n'est précisément pas populaire au sein même du parti du président. L'aile gauche du Parti socialiste ne veut pas de lui. Et les Verts n'imaginent pas rester dans la nouvelle équipe. Certains Verts rejoindront certainement le nouveau gouvernement (Jean-Vincent Placé en rêve), il n'empêche que la probable démission de Cécile Duflot va plomber la nouvelle équipe. La tâche de Manuel Valls sera d'autant plus difficile que le président lui a confié le soin de constituer un gouvernement resserré. Rien n'est plus difficile."

 

Source : Le Point

Partager cet article
Repost0
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 13:44

fn1.gif

Tout d'abord, je tiens à signaler que je ne remets pas en cause la victoire du FN pour les mairies qui suivent :

- Marseille 7e secteur (Bouche du Rhone)

- Fréjus (Var)

- Henin Baumont (Pas de Calais)

- Mantes La Jolie (Yvelines)

- Le Pontet (Vaucluse)

- Beaucaire (Gard)

- Hayange (Moselle)

- Logolin (Var)

- Villers Cotterêt (Aisne)

- Le Luc (Var)

- Beziers (Herault)

- Orange (Vaucluse)

- Calmart sur Aigues (Vaucluse)

 

Le FN dans ces villes, c'est fait élire par les électeurs comme tous autres élus d’autres formations politiques dans les autres Villes.

Certes l'abstention est un point à signaler sans compter toutes les personnes non inscrites, cependant si nous comm

ençons à rendre illégitime tout élus qui ne représente pas 50 % de la population qu'il administre, alors aujourd'hui tous les élus seraient illégitimes.

 

Mon plus gros regret est le non respecté du pacte républicain par certains camarades socialistes dans certaines Villes.

 

Certes on pourra me dire que dans certaines régions la différence avec le candidat UMP et FN n'ai pas flagrante. Cependant, à mon avis lorsqu'on obtient l'investiture d'une formation politique, nous devons rendre des comptes à cette formation et accepter les consignes et les valeurs de cette formation politique. Pour ma part un élu UMP vaut toujours mieux qu'un élu FN.

 

Enfin certains défendront le fait qu'avec un tel désistement de la gauche aura comme conséquence une présence dans les instances de la Ville pendant 6 ans. Cela s'entend, cependant pour moi, il vaut toujours mieux qu'une Ville soit gouvernée par l'UMP sans opposition de gauche plutôt qu'elle le soit par le FN avec une opposition composée de la droite républicaine et la gauche.

 

J'avais déjà fait un article qui défendais cette thèse lors des dernières législatives qui ont permis à Marion Maréchal-Le Pen d'être élue notamment avec le non-respect de cette consigne par une candidate socialiste. L’article que vous pouvez retrouver : ICI s’intitulait Marion Marechal Le Pen élue à cause de la socialiste Catherine ARKILOVITCH

 

 

 

Partager cet article
Repost0