Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 22:04

sans-titre-copie-73.JPG

 

Source : TROUD

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 22:03

sans-titre-copie-72.JPG

 

Source : JMBlog

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 22:00

sans-titre-copie-71.JPG

 

 

Source : JMBlog

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 21:54

La défense aberrante et croquignolesque de Michael Ballack

(AgenceSport) Michael Ballack avait commis il y a deux semaines un excès de vitesse en Espagne. Il avait roulé à plus de 200 km/h sur une route où la vitesse maximale autorisée est de 80 km/h. Devant le tribunal, son avocat a plaidé aujourd'hui pour une amende minimale étant donné que son client est au ... chômage!
Michael Ballack a connu une formidable carrière qui l'a mené du Bayern à Chelsea en passant par Leverkusen. A la retraite, l'ancien capitaine de la Mannschaft est actuellement sans revenu fixes. Et c'est ce que son avocat a plaidé devant le tribunal de Caceres en Espagne où Ballack est actuellement jugé pour un excès de vitesse pas piqué des vers puisqu'il a été flashé à du 211 km/h sur une route où la vitesse maximale autorisée est de 80 km/h. L'ancienne star risque donc gros. Un retrait de permis de 2,5 ans ainsi qu'une amende de plus de 10.000 euros. Mais l'avocat qui défend les intérêts de Ballack a sollicité la clémence du jury, affirmant le plus sérieusement du monde que son client n'avait plus de travail ni le moindre revenu. Par ailleurs, il a également affirmé qu'en Allemagne, l'excès de vitesse n'était pas considéré comme un délit. Il serait étonnant cependant que la justice espagnole soit sensible à cette plaidoirie inattendue. D'autant que Michael Ballack n'avait même pas jugé bon de se déplacer pour comparaitre devant le tribunal. (Source : Marca) (DFD/Picture : Belga)
Partager cet article
Repost0
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 01:37
Partager cet article
Repost0
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 12:58

sans-titre-2-copie-1.jpg Copé et Fillon : Les deux copains

Voici un tour d'horizon des soutiens des ténors de l'UMP pour l'élection à la présidence du parti, qui se déroulera le 18 novembre prochain.

Ils soutiennent Jean-François Copé #TeamCopé

 

Les anciens Premiers ministres Jean-Pierre Raffarin et Dominique de Villepin, le sarkozyste historique et président de l'Association des amis de Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux, l'ancienne plume et candidat à la candidature pour la présidence de l'UMP, Henri Guaino, les anciens ministres Rachida Dati, Luc Chatel, Nadine Morano, Hervé Novelli, Marc-Philippe Daubresse, Catherine Vautrin, Thierry Mariani, Roger Karoutchi, Marc Laffineur, Edouard Courtial, Marie-Anne Montchamp, Claude Goasguen, Marie-Josée Roig, Nicole Ameline, Philippe Briand, Bernard Pons et Eric Raoult, les présidents des groupes UMP à l'Assemblée nationale et au Sénat, Christian Jacob et Jean-Claude Gaudin, Michèle Tabarot, Chrsitine Boutin.


Ils soutiennent François Fillon #TeamFillon

L'ancien Premier ministre Edouard Balladur, les ex-ministres Xavier Bertrand, François Baroin, Valérie Pécresse, Christian Estrosi, Gérard Longuet, Laurent Wauquiez, Claude Guéant, Roselyne Bachelot, David Douillet, Eric Woerth, Dominique Bussereau, Hervé Gaymard, Jean Tiberi, Philippe Richert, Nora Berra, Patrick Ollier, Jean Leonetti, Patrick Devedjian, Alain Joyandet, Pierre Méhaignerie, Alain Marleix, Henri de Raincourt, Marie-Luce Penchard, Hubert Falco, Jean-François Lamour, Claude Greff, Bernard Debré, Pierre Lellouche, l'ex-président du Sénat Gérard Larcher, l'ancien président de l'Assemblée, Bernard Accoyer, Eric Ciotti.


Chez les parlementaires #TeamUMP

 

François Fillon et Jean-François Copé font presque jeu égal chez les députés avec 84 soutiens contre 83. Par contre, net avantage à François Fillon chez les sénateurs, avec 71 soutiens contre 35. Chez les eurodéputés, il y a 14 soutiens pour François Fillon, et 10 pour Jean-François Copé.


Les "ni ni" #TeamNobody

 

L'ancien Premier ministre Alain Juppé, deux des trois ex-candidats à la candidature pour la présidence de l'UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet et Bruno Le Maire, mais aussi l'ancienne présidente du RPR Michèle Alliot-Marie, les anciens ministres Benoist Apparu, Frédéric Lefebvre et Jeannette Bougrab.

 

Source : Hern

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 12:45

sans-titre-2.jpgLe candidat à la présidence de l'UMP Jean-François Copé a affirmé dimanche qu'il pourrait appeler à des manifestations "dans la rue" pour protester contre certains projets du gouvernement. "Je pense que M. Hollande sous-estime beaucoup le très grand mécontentement du pays réel", a-t-il aussi lancé sur le plateau du Grand Jury (RTL-LCI-Le Figaro).

"Il pourra se trouver - si je suis élu à la tête de l'UMP le 18 novembre prochain - que je propose, comme nous l'avions fait en 1984 pour sauver l'école libre, que les Françaises et les Français qui s'indignent et qui s'inquiètent pour l'avenir de notre pays et des enfants de France se mobilisent dans la rue", a déclaré l'actuel secrétaire général de l'UMP. Jean-François Copé a évoqué des "projets de loi qui viendraient soit porter atteinte à l'intérêt supérieur de notre pays, soit déstructurer les piliers qui assurent la cohésion de notre société ou qui font monter le communautarisme".

Comme on lui demandait s'il visait en particulier le mariage homosexuel et le droit de vote des étrangers non communautaires aux élections locales, il a répondu : "Ou tout autre sujet qui pourrait porter atteinte par exemple, à la cohésion, à la mobilisation de nos acteurs économiques".
Un congrès du PS "dédié à l'injure"

Sur le plateau, Jean-François Copé a dénoncé des discours à ses yeux "indignes" des responsables socialistes, jugeant que le congrès du PS avait été "exclusivement dédié à l'injure et à l'insulte" de sa propre personne. Le secrétaire général de l'UMP a mis en cause "les déclarations [...] du Premier ministre, M. Ayrault, et celles tout aussi indignes de ce nouveau premier secrétaire du PS, là, qui a été désigné par le président Hollande", faisant référence à Harlem Désir. Ce dernier a été élu à la tête du PS par les militants, mais le processus, jugé "verrouillé", a été vivement critiqué.

"Je suis profondément choqué que ce congrès du Parti socialiste [...] ait été exclusivement dédié à l'injure et à l'insulte du responsable de l'opposition que je suis", a ajouté Jean-François Copé, parlant aussi de "propos absolument scandaleux, diffamatoires". Un exemple ? "Est-ce que vous avez vu qu'il [M. Désir} évoque par exemple la formule qui est absolument indigne, il dit M. Copé et M. Fillon ne s'aiment pas, ce n'est pas pour ça qu'ils doivent empêcher ceux qui s'aiment de se marier". "Un amalgame scandaleux", selon lui.

"Est-ce que vous vous rendez compte qu'il y a derrière tout cela une consigne qui a été visiblement donnée par M. Hollande [...] qui, donc, demande" à M. Désir "non pas, à son congrès, de parler de la France, mais de nous insulter ?" a encore demandé le secrétaire général de l'UMP. Lors de son discours, Harlem Désir s'est livré dimanche à une violente charge contre l'UMP, accusée de "lepénisation".
Soutien aux grands patrons

Jean-François Copé s'est enfin déclaré "totalement pour" l'appel des grands patrons pour un "pacte" de compétitivité prévoyant 60 milliards d'euros d'économies de l'État et une baisse des charges sociales de 30 milliards. "C'était le programme de Nicolas Sarkozy", a souligné le candidat à la présidence de l'UMP, sur le plateau du Grand Jury (RTL-LCI-Le Figaro). "Nous avions clairement indiqué aux Français qu'ayant fait l'essentiel des hausses d'impôts, nous allions nous atteler à la baisse des dépenses publiques et mettre l'accent sur la compétitivité sous toutes ses formes", a ajouté Jean-François Copé.

Présenté dans le Journal du dimanche, l'appel pour ce "pacte" de compétitivité provient de l'Association française des entreprises privées (Afep), qui regroupe la quasi-totalité des entreprises du CAC 40. Le texte demande une baisse des cotisations sociales de 30 milliards d'euros sur deux ans, qui viserait "les salaires moyens (2 smic et plus)" et serait financée pour moitié par un relèvement de la TVA à 21 % (contre 19,6 % actuellement) et par la baisse des dépenses publiques. L'Afep réclame aussi le droit "d'explorer et d'exploiter nos ressources nationales comme les gaz de schiste", en appelant au "pragmatisme" dans la mise en oeuvre de la transition énergétique.

 

Source : Le Point

 

L'UMP dans la rue entrain de manifester, ce serait une première. Ca va changer les habitudes de leurs adhérents qui n'ont pas l'habitude.

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 06:39

30436-copie-5L'UMP a revendiqué, vendredi, le titre de "premier parti de France" avec 300 000 adhérents, et un nombre semblable de militants-électeurs lors du scrutin du 18 novembre pour choisir leur futur président entre Jean-François Copé et François Fillon. "Le secrétaire général de l'UMP [Jean-François Copé, NDLR] se réjouit que l'UMP ait atteint, ce jeudi 25 octobre 2012, le chiffre de 300 257 adhérents à jour de cotisation", indique l'UMP dans un communiqué. "Sur un an, entre le 25 octobre 2011 et le 25 octobre 2012, l'UMP a enregistré 79 401 nouvelles adhésions ! L'UMP conforte ainsi sa position de premier parti de France", selon la formation.

"Les militants de l'UMP ne vont pas laisser François Hollande affaiblir la France durant 5 ans" et vont préparer "les conditions d'une grande vague bleue dès les élections municipales de 2014", selon ce communiqué qui reprend les expressions habituelles de Jean-François Copé. L'entourage de Jean-François Copé revendique un corps électoral de 300 000 personnes, à savoir 264 000 adhérents à jour de leur cotisation au 30 juin dernier, plus tout adhérent à jour en 2011 et qui peut renouveler sa carte jusqu'au jour du vote. L'UMP est incapable de dire combien de militants ont adhéré après le 30 juin 2012 et sont de ce fait exclus du corps

 

Source : Le Point

 

 

J'attends de voir le nombre de votant. De plus quand l'UMP était au pouvoir et n'avait plus la majorité dans les collectivités territoriales a aucun moment ils ont remis en cause le rang de leur parti.

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 06:20

sans-titre-copie-70.JPGLes électeurs de trois circonscriptions sont appelés aux urnes les 9 et 16 décembre, dans l'Hérault, les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne, après l'annulation du scrutin de juin par le Conseil constitutionnel, selon un décret du ministère de l'Intérieur paru samedi au JO.

Les Sages avaient annulé le 18 octobre les élections de Patrick Devedjian (UMP, 13e circonscription des Hauts-de-Seine) et Henri Plagnol (UDI, 1re circonscription du Val-de-Marne) pour infraction au code électoral. Ils avaient ensuite annulé, mercredi, l'élection de la députée PS Dolorès Roqué dans la 6e circonscription de l'Hérault, relevant des "irrégularités substantielles" sur des procurations.

 

Source : Le Point

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 19:04

Retour sur le congrès du Parti Socialiste avec les zappings du Congrès :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : PS

Partager cet article
Repost0