Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 22:45
Partager cet article
Repost0
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 22:42

3163652_6_0940_marie-noelle-lienemann-pendant-le-congres-de.jpgL’aile gauche du Parti socialiste n’a pas l’intention d’évoquer la vie privée du président, mais il n’est pas certain que l’Elysée apprécie pour autant ses voeux pour 2014. Lundi 13 janvier, le courant Maintenant la gauche, animé par Emmanuel Maurel, Marie-Noëlle Lienemann et Jérôme Guedj, devait présenter sa « feuille de route » pour l’année qui vient.

 

Leur réunion intervient la veille de la conférence de presse de François Hollande. La date n’a pas été choisie au hasard. « Nous souhaitons contribuer à la réflexion et à l’action présidentielles », explique M. Maurel. « Nous voulons montrer que les réponses pour la fin du quinquennat se trouvent plus que jamais à gauche, et pas dans un compromis passé avec le patronat », précise Mme Lienemann.

 

Pour l’aile gauche du PS, le « pacte de responsabilité » avec le Medef, présenté par le chef de l’Etat lors de ses vœux aux Français le 31 décembre 2013, constitue un véritable « tournant » du quinquennat, mais dans une direction qui ne lui convient pas. « Nous attendons des précisions du président sur le contenu de ce pacte. Mais après le CICE en 2012, il est hors de question que de nouveaux avantages financiers soient accordés aux entreprises sans contreparties pour les salariés », prévient M. Maurel.

 

Maintenant la gauche entend notamment s’opposer à « un transfert des cotisations sociales sur les ménages » et plaider pour « des accords de branches plutôt que des accords d’entreprises, afin que les syndicats puissent peser dans les discussions sociales ».

 

« Il faut des contreparties claires et contrôlées, notamment en termes de salaires et d’embauches, et la possibilité de reprendre aux entreprises les aides accordées en cas de non-respect des engagements », explique Mme Lienemann. « Le redressement économique, que nous défendons, ne peut pas passer uniquement par des avantages au patronat en échange de rien, il faut du grain à moudre pour les travailleurs », ajoute M. Maurel.

 

L’aile gauche du PS, qui avait soutenu en décembre 2013 la « remise à plat fiscale » engagée par Matignon, souhaite que celle-ci soit « suivie des faits ». Alors que beaucoup de socialistes dans la majorité doutent de la voie prise par l’exécutif à deux mois des élections municipales et craignent un enterrement du dossier fiscal, Maintenant la gauche en fait toujours « une question majeure » pour reconquérir les couches populaires et moyennes.

 

BAISSE DES DÉPENSES : « NOUS SOMMES DÉJÀ À L’OS »

 

Dans le même sens, le trio socialiste, qui plaide depuis des mois pour un « plan de relance » par l’investissement public, s’oppose à une nouvelle étape dans la baisse des dépenses publiques. « Nous sommes déjà à l’os, nos concitoyens n’accepteront pas de nouvelles coupes sauf à remettre en question notre modèle social et les capacités de l’Etat à intervenir dans l’économie », s’inquiète M. Maurel.

 

La question européenne devait être aussi au centre des vœux de la réunion de lundi. A six mois des élections européennes, qui seront difficiles pour les socialistes, l’aile gauche estime qu’« il est indispensable de rappeler la stratégie d’une réorientation de l’Union européenne contre les politiques d’austérité menées sur le continent », comme l’avaient ratifié les militants socialistes lors de la convention du parti sur l’Europe en juin 2013. « Nos électeurs ne voteront pas pour la ligne du SPD allemand », prévient Mme Lienemann, alors que le PS travaille à l’élaboration d’un manifeste programmatique réunissant tous les partis sociaux-démocrates européens.

 

La minorité du PS, qui a recueilli plus de 13 % des voix au congrès de Toulouse en 2012, entend mettre la pression sur la direction de la Rue de Solférino et son premier secrétaire, Harlem Désir, pour que « le parti reprenne pleinement son rôle et son autonomie » vis-à-vis de l’exécutif. « Si le président de la République décide seul de tout, à quoi servent le PS et le Parlement ? », demande M. Maurel, qui préconise à la gauche socialiste « une cure détox contre la Ve République » et invite ses camarades à « se souvenir des critiques contre le régime que nous avons tous formulées dans l’opposition sous l’ère Sarkozy ».

 

L’aile gauche a dans son collimateur la mise en œuvre d’ordonnances gouvernementales pour accélérer la procédure parlementaire, évoquée par M. Hollande le 31 décembre. « Attention à la dérive de l’ultra-présidentialisation ! », alerte Mme Lienemann.

 

Mauvaise conscience du pouvoir depuis vingt mois, l’aile gauche du PS n’entend pas rester silencieuse en cette année électorale et avant le débat budgétaire de l’été, qui s’annonce périlleux. Cette position de fermeté a déjà valu à MM. Désir et Maurel un échange musclé lors du bureau national du PS mardi 7 janvier, au cours duquel le premier secrétaire du PS a reproché à son camarade ses critiques permanentes.

 

« Nous ne critiquons pas par plaisir ni par posture, nous voulons simplement jouer notre rôle idéologique à gauche face à la double offensive politique et économique menée par le Medef et par l’extrême droite. N’attendons pas les défaites électorales pour nous réveiller », répond Mme Lienemann.

 

http://.lemonde.fr/politique/article/2014/01/13/politique-economique-l-aile-gauche-du-ps-met-la-pression-sur-le-chef-de-l-etat_4346979_823448.html

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 23:01

article_nvb.jpg«Il y a encore aujourd'hui dans notre pays des gens qui n'admettent toujours pas que les femmes aient la liberté de disposer de leurs corps», a déploré la ministre des Droits des femmes...

La ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem a défendu ce lundi le droit au libre choix des femmes en matière d'Interruption volontaire de grossesse, face aux «tentations de régression» actuelles, au lendemain d'une manifestation d'opposants à l'IVG à Paris.
Les femmes «doivent avoir la liberté de choisir si elles veulent mener à terme une grossesse. Cette autonomie de choix, c'est extrêmement important de la réaffirmer à un moment où l'on voit bien autour de nous que les tentations de régression en matière d'IVG sont très présentes», a dit la ministre sur RTL, citant en exemple notamment l'Espagne où un projet de loi veut restreindre le droit à l'avortement de façon drastique.
«Nous confortons le droit à l’IVG»
«Donc, nous, la France nous réaffirmons et nous confortons le droit à l'IVG», en particulier dans le projet de loi sur l'égalité hommes-femmes en débat à partir de ce lundi à l'Assemblée nationale», a-t-elle souligné.
Deux dispositions controversées de ce projet ont suscité la colère des manifestants anti-IVG qui ont défilé dimanche à Paris - entre 16.000 personnes selon la police et 40.000 selon les organisateurs- pour leur traditionnelle «marche pour la vie» organisée autour de la date anniversaire de la loi Veil de 1975, ayant légalisé l'avortement en France.
«Pas de risque de fracture de la société française»
«Plusieurs milliers de personnes ont défilé comme elles défilent chaque année pour protester contre le droit à l'IVG. Soyons clairs: c'est une constante. Il y a encore aujourd'hui dans notre pays des gens qui n'admettent toujours pas que les femmes aient la liberté de disposer de leurs corps», a commenté Najat Vallaud-Belkacem.
Mais «une immense majorité de Français adhèrent totalement au droit à l'IVG (...). Il n'y a pas de risque de fracture de la société française», a-t-elle affirmé, en estimant que «les lobbies conservateurs», certes très présents, «ne représentent pas vraiment la société française.
Source ; 20 minutes
Partager cet article
Repost0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 23:00

n-FREDERIQUE-BEL-large570.jpg"J'emmerde profondément et sérieusement ceux qui veulent m'empêcher de disposer de mon corps: Ma chatte." Alors que la France replonge dans le débat sur le droit à l'avortement, la comédienne Frédérique Bel a fait part de son indignation sur Twitter.

 

Elle a accompagné son texte d'une photo d'elle nue, avec un patch en forme de bouche posé sur son sexe.

BeV2zwuCcAEpX1o.jpg

Dimanche 19 janvier, au moins 16.000 manifestants anti-avortement ont défilé dans les rues de Paris, une actualité qui semble désespérer l'actrice

Pendant l’élection présidentielle de 2012, Frédérique Bel avait soutenu François Hollande en postant sur Twitter des clichés plutôt érotiques. Même si l'ancien mannequin avait voulu jouer la carte de l'humour, ses photos lui avaient valu d'être temporairement exclue du réseau social.

Source : www.huffingtonpost.fr/

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 22:31
Partager cet article
Repost0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 22:29

legis-havre-201-404099.jpgCatherine Troallic interpelle Marisol Touraine, Ministre de la santé, par voie de question écrite sur la création d’une faculté d’odontologie en Haute-Normandie.  » D’une manière générale, la démographie médicale est une question primordiale en région Haute-Normandie. C’est aussi une vraie préoccupation au Havre et dans l’agglomération. J’aborde dans cette question écrite le cas des chirurgiens-dentistes mais le manque de professionnels de soins dans d’autres secteurs est aussi bien connu. Assurer l’égal accès de tous aux soins est un impératif. La Ministre de la santé a déjà pris des mesures importantes dans le cadre du pacte territoire santé fin 2012, notamment des contrats d’engagement de service public pour les chirurgiens-dentistes. Ce type de mesure comme l’investissement des collectivités pour attirer les jeunes diplômés ou en voie de l’être sont nécessaires mais la création d’une réelle formation en odontologie en Haute-Normandie constituerait une avancée très importante «  , souligne Catherine Troallic.

La question écrite :

Catherine Troallic attire l’attention de la Ministre de la santé sur la situation de pénurie de chirurgiens-dentistes en Normandie et en particulier en Haute-Normandie. La région Haute-Normandie est classée au 22ème rang des régions françaises pour sa densité de Chirurgiens-Dentistes libéraux. L’état des lieux de l’offre en soins dentaires présenté dans le Schéma régional d’organisation des soins (SROS) est extrêmement préoccupant.L’ensemble de la région est lourdement déficitaire avec des disparités infra-régionales fortes. Une majorité de communes est soit sous-dotée soit très sous-dotée (moins de 1,5 professionnels pour 10000 habitants) comme Gainneville, Harfleur et Gonfreville l’Orcher, par exemple.Comme l’indique le SROS : « cette situation peut s’expliquer par le fait que la région ne dispose pas de faculté dentaire ». Depuis de très nombreuses années, les étudiants Haut-Normands qui décrochent le concours d’odontologie sont obligés de suivre l’essentiel de leur cursus à Rennes, Reims ou Lille. Le contrat de projets Etat-Région 2007/2013 prévoyait l’ouverture d’un Département d’odontologie à la Faculté de médecine de Rouen dans le cadre d’un Plan Progrès Santé pour la période 2007-2013. Le non-respect de cet engagement par l’Etat, sous le gouvernement précédent, constitue, plus que jamais, au vu du vieillissement de la profession, une épée de Damoclès pour de très nombreuses communes très sous-dotées de Haute-Normandie. Selon le SROS : «  la pyramide des âges montre une augmentation nette des praticiens les plus âgés, en particulier chez les hommes, comparativement à 1995. A tendance constante, on peut s’attendre à une réduction des effectifs d’ici 2015 de près de 4%, avec dans certains territoires de proximité, des chutes de plus de 30% « . Les expériences de création de centres de formation et de soins dentaires soutenues par les collectivités territoriales à l’Hôpital Flaubert du Havre ou à l’hôpital Saint-Julien à Petit-Quevilly démontrent l’intérêt de former en Haute-Normandie mais ne suffisent pas à répondre à une demande de soins très importante. Les aides financières à l’installation qu’elles soient développées par l’Etat ou les collectivités sont relativement efficaces à court terme mais leur coût pour la collectivité n’est pas négligeable et elles ne permettront pas de répondre à long terme au déficit de chirurgiens-dentistes en Haute-Normandie. Catherine Troallic interroge donc la Ministre de la santé sur les intentions du gouvernement d’envisager la création d’une Faculté d’odontologie en Haute-Normandie.

 

Source : PS Le Havre

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 22:10

jpg-2350198-jpg_2022866.JPGL'intérêt des Français pour les municipales, mesuré au début du mois de janvier, est relativement faible à 55 %, selon un sondage TNS Sofres-Sopra Group pour LCI et Metronews sur ce scrutin des 23 et 30 mars. À la question "vous intéressez-vous aux élections municipales qui auront lieu les 23 et 30 mars prochain ?", 55 % des sondés répondent positivement (20 % "beaucoup", 35 % "assez") et 45 % par la négative (30 % "peu", 15 % "pas du tout"). TNS Sofres souligne que le pourcentage de "oui" est de 7 points inférieur à une étude du même type conduite en janvier 2008, avant les municipales de cette année-là qui s'étaient également déroulées en mars. 62 % des sondés avaient alors déclaré s'intéresser à ce scrutin. 

 

Par ailleurs, 63 % des personnes interrogées souhaitent que les électeurs "se prononcent uniquement sur les enjeux locaux" lors du scrutin (contre 57 % lorsque cette question leur avait été posée dans une autre étude conduite avant les municipales de 2008, en février cette fois). 29 % des sondés voudraient au contraire que les électeurs "profitent de cette élection pour manifester leur mécontentement à l'égard du gouvernement actuel" (30 % en février 2008). Enfin, 4 % des Français interrogés voudraient que les électeurs "manifestent leur soutien à l'égard du gouvernemental actuel" (9 % en février 2008).

 

Dans un communiqué publié en marge de l'étude, TNS Sofres note "toutefois que le désir de vote-sanction est beaucoup plus net dans les communes de moins de 2 000 habitants (37 %) que dans les villes de plus de 30 000 habitants (22 %) et chez les habitants de Paris, Lyon et Marseille (13 %)". Sondage réalisé du 3 au 6 janvier en face à face selon la méthode des quotas, sur un échantillon de 1 023 personnes représentatif de la population âgée de 18 ans et plus.

 

Source : Le Point

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 21:49

http://img.over-blog.com/291x300/0/13/58/83/BLOG/Images-2013/Arnaud-Mouillard-Blacqueville-03.JPG

 


Arnaud MOUILLARD, 33 ans, éducateur de formation, aujourd’hui Intervenant Psychosocial Alzami auprès de personnes malades Alzheimer, sera candidat aux élections Municipales de mars prochain à Blacqueville (seine-maritime) à la tête de la liste « Agir Pour Blacqueville ».

 

Bénévole associatif depuis plusieurs années à Blacqueville et élu parmi les représentants des parents d’élèves depuis que ses enfants sont scolarisés, il mènera une équipe « composée de femmes et d’hommes de tous âges et de différentes catégories socioprofessionnelles ».

 

Le blacquevillais constitue autour de lui une liste « ouverte à toutes et à tous » avec pour ambition de « répondre le mieux possible à l’attente des blacquevillais en fonction des moyens de la commune ».

 

Un questionnaire a été distribué dans la commune. Pour le candidat « il est essentiel de consulter les blacquevillaises et les blacquevillais. Nous voulons que nos propositions pour notre commune soient en phase avec leurs attentes. » Ce questionnaire « servira à enrichir les futures propositions de la liste ». Pour le moment « près d'une quarantaine de Blacquevillais y ont répondu ».

 

Le candidat a déjà noté des chantiers lui semblant prioritaires : 

-         Pour la petite enfance : Mise aux normes ou construction d’une nouvelle garderie pour les enfants

-         Pour l’éducation : Mise en place de la semaine des 4 jours et demi, en y associant parents d’élèves et professeurs des écoles

-         Pour la sécurité : Meilleure sécurisation des routes


Le blacquevillais met en avant l’importance de « gérer les finances de la ville de manière rigoureuse en cherchant des partenariats avec les collectivités de notre territoire. » 

 

 

Pour le candidat, « les élections municipales de mars 2014 doivent être l’occasion de changer et de créer une nouvelle dynamique pour Blacqueville ».

 

 

Blog de campagne : http://blacqueville2014.fr

 

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 15:56

Galap-la-campagne-saccelere-Le-Havre-Libre-du-10-01-2014-.jpg

 

Source : PS Le Havre

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 15:53
Partager cet article
Repost0