Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 18:12

ina-balladur-sarkozy-.jpg

 « Réforme territoriale ». Derrière le roulement des cinq « r » qui s’enchaînent en deux mots, tout ne roule pas. L’expression ne vous a sans doute pas échappé. Les medias l’évoquent. Le débat semble technique, voire technocratique, réservé aux seuls élus. C’est pourtant tous les Français qui vont être touchés. « Encore ? » me direz-vous. Oui, encore. Encore une réforme qui s’accompagne de mesures négatives.

 

Grâce à la décentralisation, les collectivités territoriales, communes, intercommunalités, départements, régions, ont montré leur efficacité pour apporter des réponses de proximité aux besoins des Français. Mais le gouvernement a décidé de réformer l’organisation territoriale et de doubler par un projet relatif à la fiscalité locale. L’organisation territoriale a des failles et des faiblesses. Je ne nie pas qu’une réforme est sans doute souhaitable. Encore eut-il fallu réformer positivement ! Ce n’est pas le cas. Les projets du gouvernement en la matière menacent la démocratie locale, les services publics et les marges financières des collectivités. A terme, c’est assurément moins de constructions d’écoles, de collèges, de lycées, moins de transports scolaires ou de trains régionaux, moins d’accueil pour la petite enfance ou pour les personnes âgées, moins de routes entretenues et sécurisées, moins de soutiens aux projets associatifs, à la culture, aux sports… parce que les collectivités n’auront plus les moyens de les financer.

C’est la casse des collectivités qui s’organise. C’est la démocratie qui est en danger. La réforme ne permettra même pas aux citoyens de mieux savoir à quel élu il doit s’adresser pour résoudre tel ou tel problème. Aujourd’hui, au moins, chacun a un repère : son maire. Au besoin, celui-ci aiguille et oriente. Auront-ils le moyen de le faire à l’avenir? La France des villes n’a pas fini de s’opposer à la France des champs avec cette réforme. Fini la répartition de la richesse sur tout un territoire. Fini la solidarité. Si ces projets passent, si rien ne change, c’est en 2014 que tout cela commencera.

 

Source : MJS76

Partager cet article
Repost0

commentaires